Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

02 avril 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

La justice climatique, vous connaissez?

Le REPAT organise une demi-journée de sensibilisation

inondation climat

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Archives

Les plus démunis devraient être les plus affectés par les changements climatiques.

Tous ne seront pas égaux face aux effets des bouleversements climatiques. C’est pourquoi le Regroupement d’éducation populaire de l’Abitibi-Témiscamingue (REPAT) tiendra une demi-journée de réflexion sur la justice climatique.

L’événement se tiendra le 23 avril, au lendemain du Jour de la Terre, à la Salle Temabex de Rouyn-Noranda. Cette activité est importante pour le REPAT, puisque ce seront les personnes les plus démunies qui risquent de ressentir davantage les effets des bouleversements climatiques. 

Ce sont en effet elles qui subiront les effets des vagues de chaleur estivales avec le plus d’intensité, puisqu’elles auront moins accès à l’air climatisé ou à des points d’eau, ce qui pourrait affecter leur santé. Les personnes à mobilité réduite risquent pour leur part d’avoir plus de difficulté à se déplacer en hiver, où la pluie, la neige, le froid et la glace ne cesseront de s’alterner. 

Les dérèglements climatiques risquent également de pousser le prix des denrées alimentaires à la hausse si le climat nuit aux récoltes à travers les sécheresses ou autres catastrophes météorologiques. À nouveau, ce seront surtout les personnes moins bien nanties qui en feront les frais. 

Publicité

Défiler pour continuer

Quoi faire maintenant? 

«Ça s’adresse à tous les groupes communautaires de la région. Ça commencera avec une présentation du Conseil régional de environnement de Abitibi-Témiscamingue, qui viendra expliquer en quoi consistent les perturbations climatiques et ce que ça aura comme impact en Abitibi-Témiscamingue. Pour ma part, je vais animer une discussion en plénière sur ce qu’on peut faire en tant que groupes communautaires pour s’inscrire dans la lutte contre les changements climatiques», a expliqué Adeline Laquerre, coordonnatrice du REPAT. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média