Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

03 avril 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Val-d’Or 9e au Canada pour faire des affaires

Val-d'Or centre-ville

©Photo - Archives

Val-d’Or se veut l’une 10 meilleures villes au Canada pour faire des affaires, selon une étude de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante.

Il semble que l’on traverse une période faste pour brasser des affaires à Val-d’Or.

Selon le classement 2018 de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), Val-d’Or occupe la 9e position parmi les meilleures collectivités entrepreneuriales de tout le Canada pour lancer ou faire progresser une entreprise.

Pas moins de cinq villes du Québec font partie du top 10 de ce classement national dominé par Whitehorse au Yukon, les autres étant Victoriaville (3e), Rimouski (4e), Rivière-du-Loup (5e) et St-Georges (8e).

Soulignons que Rouyn-Noranda vient au 24e échelon de ce classement qui répertorie 125 villes de taille moyenne et de grande taille, dont le top 10 est complété par Winkler au Manitoba (2e), Collingwood en Ontario et Grande Prairie en Alberta (à égalité au 6e rang), ainsi que Squamish en Colombie-Britannique (10e).

«Les PME étant la colonne vertébrale de l’économie québécoise, les municipalités ont intérêt à adopter des politiques qui les soutiennent, que ce soit en matière de taxation ou de réglementation, affirme Martine Hébert, vice-présidente principale de la FCEI, dans un communiqué de l’organisme.

«Même s’il restera toujours des améliorations à apporter, nous tenons à souligner les efforts des administrations municipales qui travaillent au développement d’un climat d’affaires favorable à l’essor des PME», ajoute-t-elle.

Une cote sur 100

Ce classement résulte d’une étude qui analyse les caractéristiques entrepreneuriales des 125 agglomérations les plus peuplées au Canada. Un indice composé de 13 indicateurs répartis dans trois catégories (la présence, la perspective et les politiques) est calculé de manière à établir une cote sur 100 pour chaque collectivité.

La concentration d’entrepreneurs, le démarrage d’entreprises, le niveau d’optimisme et de réussite de même que les politiques fiscales et réglementaires figurent parmi les indicateurs évalués, indique la FCEI.

Ainsi, Val-d’Or a obtenu une cote de 65,4 sur 100 pour mériter sa 9e place au classement général de l’année 2018 (comprenant les villes de toutes tailles), tandis que Rouyn-Noranda récoltait une cote de 60,4 pour obtenir sa 24e position. C’est avec une cote de 75,0 que Whitehorse s’est retrouvée au sommet.

«En 2018, il y a eu un net regain d’optimisme chez les chefs d’entreprise du Québec, ce qui a fait grimper dans le classement plusieurs collectivités de la province, explique Simon Gaudreault, directeur principal de la recherche nationale pour la FCEI. Le fait que le poids des taxes scolaires soit réparti également entre les bâtiments résidentiels et non résidentiels au Québec a aussi contribué à la bonne performance de nombreuses villes québécoises», fait-il remarquer.

Deux villes de l’Abitibi dans un top 5

Fait à noter, les deux principales villes de l’Abitibi figurent au sein du top 5 au Canada dans la catégorie Perspectives entrepreneuriales (pour les agglomérations de taille moyenne – moins de 150 000 habitants), alors que Val-d’Or vient au 2e rang (avec une cote de 26,2 sur 33,3) et Rouyn-Noranda en 5e place (avec une cote de 22,8).

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média