Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

05 avril 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Le CA du CISSSAT en désaccord avec la ministre McCann

Il avait donné leur entière confiance en Yves Desjardins il y a un mois à peine

AB-CA CISSSAT

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Anne Blondin

Le Conseil d’administration a fait sentir sa colère suite à l’annonce de la ministre de la Santé et des Services sociaux de ne pas renouveler le mandat d’Yves Desjardins.

Le CA du CISSSAT est sorti publiquement le 5 avril en après-midi afin de critiquer le non-renouvellement du mandat de l’actuel PDG, Yves Desjardins.

Le président du CA, Claude N. Morin, n’a pas mâché ses mots afin de dénoncer la décision de ne pas renouveler le mandat du PDG Yves Desjardins qui vient à échéance le 7 mai prochain.

«Comme mon conseil d’administration, je suis étonné, ébranlé… les mots me manquent. Nous avons remis notre rapport d’évaluation, il y a près d’un mois, et celui-ci était excellent. Nous ne comprenons pas la décision de la ministre», a indiqué M. Morin.

M. Morin a reçu un appel de la ministre le jeudi 4 avril en après-midi l’informant du non-renouvellement du mandat. Au même moment, M. Desjardins était mis au courant de la situation par un des sous-ministres. La raison invoquée par Mme McCann lors de l’appel était une perte de confiance de la part de la population. Le CA demande à la ministre de venir en région pour expliquer sa décision.

«Venez visiter et constatez, ça va nous faire plaisir de vous expliquer comment on fonctionne, a dit M.Morin. On a un modèle régional différent et il faut respecter ça. M.Desjardins a fait un travail considérable au cours des dernières années et on s’explique mal pourquoi il est remercié de la sorte. Il s’est connecté au rythme de la région, il était devenu un Témiscabitibien et il avait à cœur la santé et le bien-être de notre population. Je n’ai jamais vu une unanimité si forte derrière le PDG qui nous quitte.»

Le président du CA croit que la nomination d’un nouveau PDG fera reculer la région. Même si le CA est en désaccord avec la décision finale, celui-ci restera en poste jusqu’à la fin de son mandat.

Impopularité remise en question

Claude N. Morin a difficilement admis que la cote de popularité de M. Desjardins était en baisse au cours des derniers mois.

«Il y avait probablement des ilots de personnes qui n’étaient pas contents. De là à dire que c’est la majorité des 150 000 personnes de la région, on n’est loin de la coupe aux lèvres. Deux, trois personnes qui montent ça en épingle, ça sort gros», a-t-il affirmé.

Il a également dénoncé les campagnes négatives sur les réseaux sociaux soulignant que le personnel médical travaille d’arrache-pied pour donner les meilleurs services qui soient à la population et qu’il faut arrêter de chercher les mauvaises nouvelles.

Quand le politique s’en mêle

Ce qui met surtout hors de lui M. Morin, c’est l’ingérence politique qu’il y a eu dans ce dossier. Selon lui, c’est ce qui a coûté l’emploi de M. Desjardins.

«Que le politique commence à dicter l’administratif, ça ne fait pas de sens, a clamé M. Morin. On nous dit que les membres du CA doivent éviter d’aller dire au PDG quoi faire et comment le faire. Ça s’applique aux hautes sphères aussi. Il ne faut pas permettre ça! Trouvez-vous ça normal qu’une MRC annonce qu’on ouvre le centre de natalité, alors que le CA et le PDG ne sont pas au courant? Ça ne marche pas. Il faut que ça cesse immédiatement, je vous dis qu’on court vers un mur.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média