Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

05 avril 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Le CFP du lac Abitibi prend le taureau par les cornes

CFP Lac abitibi

©Photo L’Éclat / Le Citoyen – Marc-André Gemme

Le CFP Lac-Abitibi consacre beaucoup d’efforts pour trouver des moyens d’attirer une nouvelle clientèle.

La baisse d’inscriptions dans certains programmes de formation professionnelle inquiète la direction du CFP Lac-Abitibi. Celle-ci a décidé de prendre des mesures draconiennes pour régler le problème.

La pénurie de main-d’œuvre n’affecte pas juste les entreprises. «Aujourd’hui, les entreprises forment les jeunes directement sur place. Donc, au lieu de venir chez nous faire un DEP, ils préfèrent gagner de l’argent que de venir s’asseoir dans un cours non rémunéré», a expliqué Richard Mailloux, directeur adjoint du CFP Lac-Abitibi, lors du conseil des commissaires du mois de mars. 

Il y a cinq ans, le nombre d’inscriptions annuel était d’environ 180 élèves à temps plein. Depuis les deux dernières années, ce nombre a chuté. Cette année, seulement 120 inscriptions étaient répertoriées. Le CFP reçoit en moyenne une somme de 10 000 $ par élève à temps plein, ce qui signifie des pertes de l’ordre de 600 000 $ par année. 

Changer le mode de fonctionnement 

Depuis des années, le CFP Lac-Abitibi fonctionnait à deux cohortes d’élèves par année, soit une à l’automne et une en janvier. Or, depuis deux ans, le nombre d’inscriptions n’est plus assez élevé et le Centre n’arrive pas à partir de cohorte d’hiver dans plusieurs programmes. 

«Par exemple, en janvier dernier, on avait juste quatre inscriptions en soudage-montage, a indiqué Richard Mailloux. À ce nombre, on n’arrive pas à payer le salaire de l’enseignant, donc on a dû fermer le programme.» 

Mais les choses vont bientôt changer. Depuis un certain temps, le CFP a adapté ses programmes de secrétariat et de boucherie afin d’accueillir les nouveaux élèves dès qu’ils s’inscrivent. De cette manière, la direction ajoute des élèves à la cohorte existante et n’a plus besoin d’attendre un nombre d’élèves minimal pour en partir une nouvelle en janvier. 

Trois programmes en difficultés 

Les modifications aux programmes mentionnés ci-haut ont porté fruit. Depuis la mise en place de cette manière de faire, le nombre d’inscriptions a augmenté et les deux programmes se portent bien aujourd’hui. 

Cependant, les programmes de mécanique de véhicules routiers, de cuisine et de soudage-montage connaissent encore des difficultés. «Beaucoup de gens se demandent même si les programmes sont encore actifs, a expliqué Richard Mailloux. Le seul fait que cette question se pose est un problème. On veut rassurer tout le monde en disant que les programmes sont bien là et qu’ils y resteront.» 

En permettant aux élèves de commencer leur formation à n’importe quel moment, la direction du CFP espère voir le nombre d’inscriptions augmenter. 

D’autres mesures sont également à l’étude afin d’assurer que tous les programmes soient offerts en tout temps pour les gens qui veulent s’y inscrire.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média