Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

16 avril 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Amos fait son deuxième deuil de Charley Hudon

Charley Hudon

©gracieuseté

Charles-Eugène «Charley» Hudon

HOMMAGE. Le départ de Charles-Eugène Hudon pour l’Outaouais en 2008 avait entraîné une lourde perte pour la communauté amossoise. Celle-ci doit à nouveau faire son deuil, alors qu’il est décédé des suites d’une courte maladie, le 6 avril, à l’âge de 98 ans.

Charley Hudon

©gracieuseté

Charley Hudon

Il y a une dizaine d’années, il fallait vivre sous une roche pour ne pas avoir connu celui que tous surnommaient amicalement Charley. Il était de tous les événements, les immortalisant avec sa caméra vidéo.

Mais sa renommée, il l’a construite au fil des années. Originaire de Rivière-du-Loup, il a fait sa technique agricole au Collège de La Pocatière et c’est ce premier métier qui l’a mené à Landrienne en 1944. Mais il a surtout fait carrière comme «voyageur de commerce» pour les Chocolats Lowney pendant 25 ans, puis huissier de justice, ce qui lui a permis de découvrir la région dans ses moindres détails… et les gens qui l’habitaient.

Le hockey

Membre fondateur du Tournoi national midget d’Amos, où il s’est impliqué jusqu’à son départ en 2008, il fut le premier bâtisseur intronisé au Temple de la renommée de l’événement en 1997. Son épouse Aline (Morissette) l’y a rejoint en 2004, l’année de son décès. Tout comme lui, elle s’était impliquée au hockey pour suivre leurs enfants. «Tout mon bénévolat, je le dois à mon épouse qui me secondait», nous avait-il confié, en 2008, avant son départ.

«Il était huissier et je n’ai jamais entendu personne dire du mal à son sujet» - René Drolet

C’était un gars le fun à côtoyer. Il venait à mon bureau à l’aréna et il me racontait toutes ses histoires. Il connaissait du monde partout dans la région. Je me souviens de nos soirées dans l’entre-deux à l’aréna, où Aline jouait du piano. Il avait toujours de l’énergie, même à 75 ans. C’était un bon vivant. Même après qu’il soit parti, en 2008, il continuait d’envoyer son chèque au club des gouverneurs du Tournoi», se souvient Philippe Vallière, qui l’a côtoyé pendant 20 ans.

L’ancien gérant de l’aréna se rappelle notamment de la création de l’Ordre Charles Hudon, remis à des bénévoles du monde du sport. «C’était au souper des gouverneurs du Tournoi midget et Charley filmait quand ils l’ont dévoilé et qu’il était le premier à le recevoir. Il était tout à l’envers. Il est allé chercher son prix, puis il a recommencé à filmer», se remémore-t-il.

Un grand cœur

Son vieil ami René Drolet garde aussi plusieurs bons souvenirs. Il l’a connu quand il a joint le club Optimiste d’Amos en 1982. Charley s’y est impliqué pendant près de 30 ans. Les deux hommes se sont liés d’amitié et M. Drolet l’accompagnait quand il était huissier. Il a été à même de voir tout l’humanisme qui l’habitait, l’étendue de sa renommée ainsi que de son savoir.

Publicité

Défiler pour continuer

«En arrivant dans un village, il passait toujours par le magasin général et il en apprenait sur les gens qu’on allait visiter. Quand il entrait dans une maison, il serrait la main de la dame en premier, puis de son mari, et il touchait la tête des enfants. «Comment veux-tu vouloir me frapper si je t’ai serré la main en entrant!», qu’il me disait toujours. Il était très humain et il avait un grand cœur. Je l’ai vu prendre des arrangements pour aider les gens qui n’arrivaient pas à payer. Je l’ai aussi vu déclarer qu’il n’y avait aucun bien saisissable à certains endroits», raconte celui qui lui a parlé pour la dernière fois en octobre.

René Drolet se souvient aussi que Charley documentait tout. Celui que l’on soupçonne être un ancien élève de l’abbé Proulx avait toujours sa caméra. «On allait faire des saisies aussi loin qu’à la Baie-James. Et la première chose qu’il embarquait dans la voiture, c’était sa caméra. Il l’apportait partout», souligne-t-il.

Charley Hudon s’est aussi impliqué à la Croix-Rouge, au mouvement scout, au Tour de l’Abitibi, au Défi mondial des moins de 17 ans (1994) et aux Jeux du Québec (1978 et 2005). Il a aussi été guide touristique.

Charles-Eugène Hudon laisse dans le deuil ses enfants Suzanne, Claude et Jacques, sa compagne Cécile, huit petits-enfants, sept arrière-petits-enfants et sa sœur Florence. Ses funérailles ont eu lieu à Plaisance le 13 avril. Une cérémonie religieuse doit avoir lieu à la cathédrale d’Amos. Ses cendres seront inhumées au cimetière d’Amos.

 

De nombreuses distinctions

Reflet de sa feuille de route bien chargée, Charley Hudon cumule de nombreuses distinctions. Membre à vie des Chevaliers de Colomb, il a reçu le prix Baden-Powell (1992), le prix du jury au Gala Élites, le titre de Monsieur Bénévole à l’Expo agricole (1978) et celui de Citoyen Émérite remis par le lieutenant-gouverneur en 2005.

 

Un fonds d’archives imposant

Grand amateur de photographie et de vidéo, Charles-Eugène Hudon a constitué un imposant fonds au Centre d’archives d’Amos. Celui-ci comporte près de 6000 documents photographiques, dont certains remontant jusqu’en 1939, 11 bobines d’images animées, 1045 enregistrements vidéo (1984 à 2008), des archives textuelles et 60 objets. «C’est très varié comme fonds. Ce sont toutes des choses intéressantes qui pourraient servir», affirme Carmen Rousseau, présidente de la Société d’histoire d’Amos.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média