Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

24 avril 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

La vaccination plus essentielle que jamais

Le taux de protection contre certaines maladies a reculé de façon inquiétante

AB-Vaccination

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Archives

La vaccination reste l’un des moyens les plus sûrs pour se protéger et protéger les autres contre de nombreuses maladies. La croissance des cas de rougeole un peu partout à travers le monde, notamment au Canada, préoccupe le corps médical.

 Alors que la désinformation a fait en sorte que le taux de protection dans la région a reculé pour certaines maladies au cours des 10 dernières années, le CISSSAT tient à rappeler que la vaccination demeure l’un des moyens les plus efficaces pour se protéger et protéger les autres de nombreuses maladies. 

Les fausses informations qui circulent principalement sur les réseaux sociaux ont eu pour impact de soulever le doute chez les parents. Ceux-ci hésitent et peuvent aller jusqu’à refuser de faire vacciner leurs enfants. 

Le CISSSAT soutient qu’il est impossible, pour l’instant, de faire un lien entre les fausses croyances et le taux de vaccination en région. Cependant, une diminution de ce taux a bel et bien été constatée pour l’Abitibi-Témiscamingue au cours des dernières années. 

Ainsi, selon les données fournies par le CISSSAT, le pourcentage d’élèves de 4e année du primaire protégés contre l’hépatite B est passé de 96 % en 2005-2006 à 91,8 % en 2017-2018. Cette tendance est également observée pour le virus du papillome humain (VPH), alors que 93,9 % des élèves de 4e année étaient protégées en 2005-2006 contre 83,7 % en 2017-2018. 

Publicité

Défiler pour continuer

Un incontournable 

«Il ne faut pas baisser la garde et tenir pour acquis les gains historiques que la vaccination a permis de réaliser quant à la santé globale de la population. La vaccination est incontournable. Il est d’ailleurs clairement démontré que si l’on diminue ou si l’on cesse la vaccination, les maladies visées reprennent leur place, avec leur lot de conséquences graves», a signalé la Dre Nicole Bouchard, médecin-conseil en maladies infectieuses au CISSSAT, dans le cadre de la Semaine mondiale de la vaccination. 

«Dans le contexte actuel où la rougeole, une maladie évitable et potentiellement mortelle, resurgit dans plusieurs pays, il nous apparaît encore plus important cette année d’insister sur le fait que la vaccination demeure l’une des mesures de prévention les plus sécuritaires et efficaces dans l’histoire de la médecine et qu’elle a fortement contribué au recul de plusieurs maladies dont la poliomyélite, le tétanos et la rougeole», a ajouté la Dre Bouchard. 

Des doutes sur la vaccination 

Toutes les personnes qui ont un doute sur les bienfaits de la vaccination sont invitées à consulter le site du Gouvernement du Québec. De plus, il est possible d’obtenir des précisions sur les calendriers de vaccination auprès des CLSC ou des médecins de famille. 

«Il est prouvé et reconnu dans la communauté scientifique que les risques graves associés à un vaccin sont beaucoup plus rares que ceux liés à la maladie qu’une personne non vaccinée pourrait développer. L’Organisation mondiale de la santé estime d’ailleurs que la vaccination prévient chaque année au moins 2 à 3 millions de décès dans le monde», a précisé le Service des communications du CISSSAT. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média