Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

24 avril 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Un nouveau royaume attend Hauris Lalancette

Hauris Lalancette

©Martin Guindon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Hauris Lalancette, lors de son 80e anniversaire de naissance, en décembre 2011.

Un nouveau royaume attend Hauris Lalancette, qui est décédé entouré de sa famille dans la soirée du 23 avril, à Amos.

Le célèbre agriculteur de Rochebaucourt a célébré son 87e anniversaire de naissance en décembre dernier. Ruraliste convaincu, il s’est porté avec vigueur et verve à la défense des paroisses marginales, abandonnées par Québec dans les années 1970.

Il a hérité du rêve du royaume abitibien de son père Éphrem, avec qui il a défriché la terre familiale où ils se sont établis en 1936. Il a à son tour transmis ce rêve à ses enfants et petits-enfants, dont certains œuvrent aujourd’hui en agriculture. Avec son épouse Monique Flamant, il a eu deux enfants, Dany et Christiane, et plusieurs petits-enfants.

«Ma vie valait la peine d’être vécue. La femme que j’ai mariée, je voudrais que tout le monde en ait une comme elle. On a eu des peines et des joies, mais on a réussi. Je suis tellement fier. Mon amour est tellement grand que je ne suis pas capable de le décrire. Je veux être avec elle encore plusieurs années et je veux partir avant elle», avait-il souhaité, lors de la fête pour ses 80 ans, en 2011.

Au cinéma

Hauris Lalancette a marqué à sa façon l’histoire de l’Abitibi et du Québec ainsi que l’imaginaire des Québécois en tant que personnage central du Cycle abitibien du cinéaste Pierre Perreault, notamment dans le premier des quatre documentaires de la série, Un royaume vous attend, sorti en 1975.

Il a aussi participé avec son épouse Monique Flamant au documentaire Le confort et l’indifférence de Denys Arcand (1981), portant sur le référendum de 1980. Denys Desjardins a quant à lui tourné sur une période de sept ans le film Au pays des colons (2007), où il se penche sur son destin et celui de sa famille, étroitement liés à ses luttes et ses combats.

«Je n’ai jamais pensé que ça irait aussi loin, les films de Perreault, quand je les ai faits. Lors du tournage du dernier film, il me disait: Hauris, tu vas passer à l’histoire dans ton coin de pays», nous avait-il confié, en 2008.

Action politique

Un fervent nationaliste, Hauris Lalancette a aussi été organisateur pour le Parti créditiste de Réal Caouette, a milité au sein du Mouvement des paroisses marginales et été candidat du Parti québécois aux élections provinciales de 1973. Il a été sacré Patriote de l’année par la Société nationale des Québécois de l’Abitibi-Témiscamingue en 2015.

«On ne peut pas reprocher grand-chose à cet homme-là. Il a conservé des valeurs authentiques. C’est un nationaliste pur, imprégné de la fierté québécoise. Il a toujours entretenu la notion qu’avec la fierté, on peut accomplir de grandes choses. Et il est venu occuper le territoire pour le développer», avait fait valoir François Gendron, lors de sa fête en 2011.

Lors d’une conférence qu’il était venu prononcer à Amos en 1995, le premier ministre Jacques Parizeau l’avait reconnu alors qu’il s’avançait vers le podium et s’était exclamé: «Diantre, Hauris, c’est de l’anthropologie!».

Hauris Lalancette Gendron

©Martin Guindon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

L'ancien député François Gendron avait rendu hommage à Hauris Lalancette, lors de sa fête, en 2011.

Bande annonce - Au pays des colons

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média