Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

08 mai 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Les policiers ont asséché le ruisseau pour retrouver la petite Alicia

recherches fillette 4 ans Macamic

©Photo L'Éclat / Le Citoyen - Marc-André Gemme

Les recherches se poursuivent pour une quatrième journée à Macamic.

Les policiers de la Sûreté du Québec espèrent vraiment pouvoir retrouver la petite Alicia, qui a sombré dans un ruisseau de Macamic samedi dernier.

Toujours pas de traces de la petite Alicia alors qu’une quatrième journée de recherches se poursuit à Macamic. 

«Aujourd’hui on est au même point qu’hier, a expliqué le Sergent Hugues Beaulieu de la SQ. On a asséché le cours d’eau pour faciliter les recherches et on a présentement plusieurs dizaines de policiers armés de râteaux qui revirent tout à l’envers dans le ruisseau dans l’espoir de retrouver la fillette.» 

Pour assécher le ruisseau, les intervenants ont fait venir une pelle mécanique qui a bloqué certains ponceaux. 

Publicité

Défiler pour continuer

Les deux équipes de plongeurs de la SQ sont également à l’œuvre un peu plus loin à des endroits stratégiques ou l’eau est plus profonde. L’hélicoptère de la SQ est également sur place pour continuer les recherches du ciel. 

Proximité du lac Macamic 

Le ruisseau en question se trouve à seulement quelques centaines de mètres du lac Macamic. D’après la SQ, les chances que la jeune Alicia se soit retrouvée dans le lac sont peu probables, mais ne sont pas impossibles non plus. «Présentement, on fait de nombreuses vérifications. Ce n’est pas un cours d’eau majeur, mais quand on dit que c’est peu probable, ça ne veut pas dire que c’est impossible», a indiqué le sergent Beaulieu. 

Protocole d’intervention 

Une fois l’appel local placé au 911, la SQ s’est assurée de coordonner les opérations sur le terrain. «À partir du moment où l’on reçoit l’appel d’une personne possiblement disparue dans un cours d’eau, on met rapidement des mesures d’urgence en place et des recherches de premières instances sont démarrées, a expliqué le sergent Hugues Beaulieu. On installe alors un poste de commandement mobile avant de coordonner les différents intervenants qui vont agir sur le terrain.» 

Les intervenants 

Tel que mentionné plus haut, dans le cas présent, ce sont trois équipes de recherche de l’extérieur de la région qui travaillent activement à rechercher la jeune fillette. De ces équipes, deux sont les équipes de plongeurs de la SQ ainsi qu’un hélicoptère. 

Se joignent à eux les pompiers locaux qui sont également formés pour la recherche de personnes disparues. «L’entraide avec les différents services est essentielle. Ce sont des collaborateurs exceptionnels, a indiqué le sergent Beaulieu. C’est en travaillant en équipe comme ça qu’on est capable d’avancer.» 

Poussée à l’eau 

D’après les informations publiées par le Journal de Montréal, la petite Alicia, 4 ans, aurait été poussée à l’eau par un petit garçon de 8 ans qui voulait savoir si elle savait nager. 

Plusieurs enfants jouaient dehors sous la surveillance du conjoint de la mère d’Alicia. Cette dernière, Danika St-Amand, était à l’intérieur avec son nouveau-né. 

Les parents de la petite Alicia ont tout fait pour la secourir de l’eau, mais l’ont éventuellement perdue de vue après l’avoir vu caler sous l’eau. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média