Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

08 mai 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Taux d’arsenic jusqu’à 40 fois plus élevés chez les enfants du Vieux-Noranda

Fonderie Horne

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Les enfants du Vieux-Noranda ont des taux anormalement élevés d’arsenic dans leur organisme. Cet arsenic serait émis par la Fonderie Horne.

Des parents du Vieux-Noranda, parfois appelé quartier Notre-Dame, sont très inquiets après avoir pris connaissance de résultats partiels d’une étude de biosurveillance menée par la Direction régionale de la santé publique. 

Selon des résultats préliminaires, des taux anormalement élevés d’arsenic auraient été détectés dans les ongles des enfants de 9 mois à 6 ans. L’arsenic serait émis par la Fonderie Horne de Glencore située au cœur du quartier. Il s’agit d’une septième étude de ce genre à être effectuée dans le secteur. Cinq études sur la présence de plomb avaient été menées entre 1979 et 1999, une sixième portait sur la présence d’arsenic en 2005-2006. Des prélèvements d’ongle et autres ont été effectués en octobre dernier en lien avec l’étude actuelle. Les résultats seront rendus publics le 14 mai. L’étude visait à mesurer les taux de plomb, de cadmium et d’arsenic chez 84 enfants issus de 70 familles. 

Inquiétude parentale 

Selon les résultats transmis aux parents ,certains enfants présenteraient des taux jusqu’à 40 fois plus élevés que des enfants non exposés, un groupe témoin d’Amos. Les parents craignent que les résultats de l’étude soient tablettés et qu’aucune action ne soit entreprise.  

L’émotion était palpable lors de la présentation du comité Arrêt des Rejets et des Émissions Toxiques de Rouyn-Noranda (ARET), constitué de parents d’enfants du secteur. Ils auraient des résultats rassurants en ce qui concerne les taux de cadmium et de plomb, mais ils auraient dû faire des démarches pour obtenir les résultats pour les taux d’arsenic, des résultats beaucoup plus alarmants.  

«Mon plus grand a un taux d’arsenic dans ses ongles plus de deux fois plus élevé que [le groupe témoin] et mon plus jeune a un taux dix fois plus élevé», a confié Valérie Fournier, mère de deux enfants de trois et cinq ans et porte-parole du Comité.  

La jeune femme avoue son inquiétude et se questionne sur les mesures qui seront prises. Les parents ont ressenti le besoin de partager leurs préoccupations, ce qui a mené à la mise sur pied du comité. Ils se questionnent sur les conséquences que peuvent avoir ces taux de contaminants chez leurs enfants. «Il y a de la colère, parce qu’on se croyait en sécurité. J’ai choisi d’habiter ce quartier, parce que je l’aime. Je n’ai jamais pensé que l’on pouvait être en danger, parce que je me dis qu’il y a des normes qui existent et que s’il y a tant de gens dans le quartier, c’est parce que c’est sécuritaire», a ajouté la mère inquiète. 

Les responsables de la Fonderie Horne ont préféré attendre le dévoilement complet de l’étude avant de réagir. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média