Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

09 mai 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Drogue au volant: un an de prison pour lésions et une série d'infractions

Justice Val-d'Or

©Photo - Archives

Prendre le volant sous l'effet de la drogue n'est jamais une bonne idée, ce qu'une jeune femme de 26 ans a appris à ses dépens au palais de justice de Val-d'Or.

Une jeune femme de 26 ans a récemment été condamnée à un peu plus d’un an de prison en lien avec une série d'infractions de drogue au volant à Val-d’Or en 2018, dont une pour avoir blessé deux personnes qui circulaient en VTT lors d’une parade.

La sentence imposée à Mylène Lavallée (une peine de 14 mois exactement) a été prononcée au palais de justice de Val-d’Or par le juge Gabriel De Pokomandy, de la Cour du Québec. Considérant la détention préventive durant les procédures judiciaires, il reste à l’accusée environ sept mois de prison à purger.

Soulignons que Mylène Lavallée, qui serait bien supportée par sa famille en vue de sa réhabilitation et de sa réinsertion sociale, a plaidé coupable aux diverses accusations qui pesaient contre elle pour conduite d’un véhicule avec les capacités affaiblies par la drogue, y compris celle causant des lésions corporelles.

La procureure de la Couronne, Me Clara-Élodie De Pue, réclamait une peine de 15 mois, tandis que l’avocat de la défense, Me Pascal Jolicoeur, suggérait une sentence de 8 mois. La peine imposée par le juge De Pokomandy est assortie d’une probation surveillée et d’une interdiction de conduire de 30 mois, avec un suivi sur le problème de toxicomanie de l’accusée.

Elle fonce dans la parade!

L’infraction la plus grave dans ce dossier est survenue en février 2018, à l’intersection du boulevard Barrette et de la 7e Rue à Val-d’Or, quand Mylène Lavallée a percuté un VTT qui roulait tranquillement dans une parade quad, blessant l’homme et la femme qui se trouvaient sur le VTT en question.

Selon les faits rapportés par Me De Pue, le véhicule de l’accusée filait à une vitesse de 70 à 80 km/h, alors que le VTT des victimes avançait à 12 km/h. L’homme a subi une entorse cervicale dans l’accident et a passé deux semaines en béquilles, tandis que la dame a également subi une entorse cervicale en plus d’avoir des côtes fracturées et quatre dents cassées. Elle a dû s’absenter du travail durant sept jours et a souffert de troubles de mémoire.

«Lors de son arrestation, l’accusée avait les yeux vitreux, était en état d’agitation et avait entre autres des traces de cocaïne, de méthamphétamine et de GHB dans le sang», a indiqué le juge De Pokomandy dans son jugement.

Pour contrer deux fléaux

Mylène Lavallée a écopé de 8 mois de prison pour l’infraction de conduite avec les facultés affaiblies causant des lésions, en plus de recevoir 6 mois supplémentaires pour des infractions subséquentes survenues en mars 2018 (drogue au volant et défaut d’obtempérer), en juillet 2018 (drogue au volant d’un véhicule immobilisé et possession de méthamphétamine), en août 2018 (drogue au volant) ainsi qu’en septembre 2018 et en novembre 2018 (trois bris de conditions).

«Cette peine vise à contrer deux fléaux de notre société: la drogue et la conduite avec les facultés affaiblies, a mentionné le juge De Pokomandy. En même temps, la modération s’impose car l’accusée est une jeune personne dont il faut favoriser la réinsertion sociale. On est conscients que ça n’a pas été facile pour elle (la dame était dépressive et subissait la mauvaise influence d’un ancien conjoint), mais il s’agit d’un crime grave et on n’a pas le choix d’imposer une peine de prison. Il faut tenir compte du fait que les victimes ont été atteintes dans leur intégrité physique et leur confort», a-t-il signalé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média