Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

09 mai 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Il n’y a pas que la santé physique qui compte

Semaine nationale de la santé mentale

AB-SanteMentale

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Anne Blondin

Les élèves de quatrième année de l’école d’Évain pavillon St-Bernard ont reçu un atelier pour parler d’intimidation offert par le RAIDD-AT dans le cadre de la Semaine nationale de la santé mentale.

Dans le cadre de la Semaine nationale de la santé mentale, qui se déroule du 6 au 12 mai, la Ressource d’aide et d’information en défense des droits en santé mentale de l’Abitibi-Témiscamingue (RAIDD-AT) a multiplié les actions pour sensibiliser la population à la santé mentale.

La Semaine nationale de la santé mentale est un mouvement répandu partout au Québec afin que l’ensemble de la population ait une saine santé mentale. «La santé mentale ne se résume pas qu’au fait que certaines personnes développent des troubles de santé mentale. Nous avons tous une santé mentale et il peut arriver qu’elle soit fragilisée temporairement ou de façon plus permanente. C’est dans cette optique que nous avons développé les 7 astuces pour se recharger», a souligné la directrice générale du RAIDD-AT, France Riel.

Publicité

Défiler pour continuer

AB-SanteMentale2

©Photo gracieuseté

Les 7 astuces pour recharger sa batterie

Les 7 astuces sont des trucs qu’on peut utiliser pour se sentir bien. Ça peut prendre différentes formes comme prendre une marche dans le bois, aller rencontrer des amis, avoir un emploi qui me permet de m’épanouir, etc. L’important est d’utiliser ses trucs lorsqu’on se sent moins bien.

Au cours de la semaine, le RAIDD-AT et ses partenaires ont multiplié les activités pour sensibiliser la population.

Plus de sensibilisation

Les statistiques les plus récentes pour la région de l’Abitibi-Témiscamingue démontrent que les campagnes de sensibilisation ont un effet positif, mais qu’il reste encore beaucoup à faire.

«En Abitibi-Témiscamingue, selon les statistiques les plus récentes, les troubles anxiodépressifs, chez les 18 à 64 ans, touchent près d’une personne sur 10. Même si le taux de suicide diminue pour l’ensemble de la province, la région continue de se distinguer avec un des plus hauts taux de suicide. Il faut aussi rappeler que le ¾ des suicides sont commis par des hommes», a rappelé Mme Riel.

Mme Riel considère qu’il y a eu beaucoup de changement dans la perception de la santé mentale. «Je vois de plus en plus d’hommes parler de leur problème. Les aînés sont également plus sensibilisés. Il ne faut jamais lâcher», a conclu France Riel.

Contrer l’intimidation

Les classes de 4e année de l’école d’Évain pavillon St-Bernard ont accueilli l’équipe du RAIDD-AT afin de prendre part à un atelier sur l’intimidation dans le cadre de la Semaine nationale de la santé mentale. D’entrée de jeu, Sarah Laliberté, conseillère en défense des droits en santé mentale, et son acolyte Pascal Gélinas ont voulu savoir ce que les enfants savaient de l’intimidation.

«C’est lorsque quelqu’un nous fait peur. C’est quand quelqu’un te dit des choses pour que tu te sentes mal. C’est lorsqu’une personne nous dit des mots méchants. C’est quelque chose qui arrive souvent», ont exprimé différents élèves du groupe d’Érik Potvin.

Sarah et Pascal ont joué différentes mises en scène dans lesquelles il était possible d’observer de l’intimidation. Les enfants étaient appelés à identifier les comportements répréhensibles et ultimement, trouver des solutions pour que cela ne se reproduise.

Les enfants ont également reçu le nom d’un confrère de classe et ils ont dû écrire trois qualités décrivant cette personne. Par la suite, chaque élève recevait les compliments qui lui avaient été formulés de façon anonyme. Il était possible de constater les visages s’illuminer.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média