Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

LHJMQ

Retour

09 mai 2019

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

La partie de ping-pong entre Pouliot et Veilleux continue

Huskies Rouyn-Noranda Mooseheads Halifax

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

L'utilisation de Joël Bishop par Éric Veilleux a suscité une déclaration incendiaire de Mario Pouliot.

Les entraîneurs des Huskies et des Mooseheads d’Halifax continuent de se renvoyer la balle via les médias. Encore une fois, certaines controverses ont retenu l’attention.

Sur les ondes de l’émission Les Partants, de TVA Sports, les deux entraîneurs y ont été de quelques flèches.

Le pilote des Huskies Mario Pouliot a ouvert le bal en revenant sur la déclaration où il disait comprendre Steve Hartley. «Je n’ai aucun problème quand ça joue physique, mais en début de match, leur numéro 61 était sur la patinoire et je savais qu’il s’en allait au filet. Et je peux t’assurer qu’il risque d’être sur leur alignement de départ et finir dans le cercle de notre gardien s’il en a la chance», a-t-il évoqué.

«Je n’ai pas aimé qu’en fin de match, un de leurs joueurs fasse trébucher Samuel, mais ça ne nous dérange pas. Ça fait partie du jeu. Une de mes responsabilités, c’est de protéger nos joueurs et de faire en sorte qu’ils aient un environnement propice pour avoir leur performance maximale. J’ai pensé à retirer Samuel à la fin», a-t-il ajouté.

Questionné sur la réponse d’Éric Veilleux où ce dernier disait comprendre les déclarations du pilote de l’Océanic, Mario Pouliot a été clair. «Ce qu’Éric Veilleux peut dire, je m’en balance complètement. Je n’ai pas de temps à perdre à écouter les conférences des autres entraîneurs. Je me concentre sur notre équipe et ce qu’on a à faire»

Pour sa part, Éric Veilleux a précisé sa pensée alors qu’il a ramené la déclaration de Serge Beausoleil où ce dernier avait notamment indiqué que les Huskies misaient beaucoup «sur le pleurnichage, sur les gestes amplifiés». 

«Je n’ai pas besoin de répéter ce que Serge a dit dans les médias. Par contre, je n’ai rien à dire sur les gens de Rouyn-Noranda. Il avait parlé des gens de l’aréna, mais, nous, on n’a pas eu de problème de ce côté», a-t-il indiqué.

«Pour ce qui est du style de jeu des Huskies, ce que Serge a dit, c’est ce qu’on voit un petit peu. Je coache mes joueurs. J’ai eu la chance d’entraîner dans le professionnel pendant quatre ans. Je prépare mes joueurs pour qu’ils soient prêts pour jouer à ce niveau. Chez les Huskies, il y en a qui vont jouer professionnel, sauf qu’ils vont devoir changer ce petit détail», a-t-il ajouté.

Les poteaux

Puis, en entrevue avec les représentants des médias ce matin, les deux équipes ont aussi une nouvelle fois discuté des amarres des filets rouynorandiens. Mario Pouliot a, pour sa part, procédé à des vérifications. «On a trouvé ça pas pire à Halifax. On a vérifié la profondeur et on s’est assuré d’avoir la même profondeur», a-t-il lancé.

La réplique d’Éric Veilleux ne s’est pas fait attendre.

«Je ne suis pas un gars d’aréna. Je suis un entraîneur de hockey. Je ne connais pas ça comme Mario Pouliot, le bon Dieu du hockey. Je me concentre sur mon club, sur le système de jeu. Ça, je connais ça. Tout ce que je sais, c’est qu’on utilise des arrimages de la LNH à Halifax» - Éric Veilleux

Pas le résultat, mais le processus

Depuis le début de la série, mis à part les gros canons des Huskies, certains joueurs semblent avoir de la difficulté à contribuer chez les Huskies. Opinion que Mario Pouliot ne partage tout simplement pas. «On va prendre un exemple: Jakub Lauko. Combien de points il a depuis le début de la série: 0. Mais, c’est notre joueur le plus dangereux. Il génère de très bonnes chances de marquer. Il contourne les défenseurs adverses grâce à sa vitesse. Je suis sûr qu’il va marquer et amorcer une bonne séquence», a-t-il expliqué.

Il a ajouté un autre exemple. «Peter Abbandonato joue du bon hockey. Il a été inactif lors de la dernière série. Le jeu a monté d’un ou deux crans. Il faut lui laisser un peu de temps. Il a marqué un but au dernier match et il s’en va dans la bonne direction», a-t-il fait valoir.

Les joueurs prêts

Les vétérans des Huskies sont prêts pour l’affrontement de ce soir. «On n’a aucun doute. Le dernier match, ils ont mieux joué que nous, mais, ce qui compte maintenant, c’est de rebondir. On sait que c’est une partie importante et on se concentre sur celle-ci», a exposé Joël Teasdale.

«On s’est assuré que tout le monde soit sur la même page. On a confiance en nos moyens. On n’est pas satisfait de notre dernier match et on veut rebondir», a pour sa part assuré le capitaine de l’équipe Rafaël Harvey-Pinard.

Commentaires

10 mai 2019

Guy Bolduc

Jouez votre Huskies game Samedi et la coupe sera au bord de vos lèvres! Lâchez pas vous êtes formidables!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média