Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 mai 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Les municipalités riveraines sur un pied d’alerte au Témiscamingue

Les crues printanières inquiètent, les citoyens se mobilisent

Crues Témiscamingue

©gracieuseté

Autour d’une quarantaine de bénévoles ont rempli 4000 sacs de sable à Notre-Dame-du-Nord.

Les citoyens des municipalités riveraines de Notre-Dame-du-Nord à Témiscaming, se souviendront longtemps de la semaine du 6 mai 2019. Ils se sont mobilisés afin de prévenir une élévation de 25 cm du niveau de l’eau du lac Témiscamingue.

Dès le 3 mai, des sacs de sable étaient disponibles au garage municipal de Témiscaming pour les riverains de la ville. Un communiqué diffusé par Services Canada le 29 avril a fait craindre le pire et la municipalité se félicitait de ne pas avoir pris de chance. «Nous avions agi à titre préventif, a relaté le maire Yves Ouellet. Nous étions contents d’avoir pris de l’avance. Même si, seulement deux résidences étaient menacées, lorsque l’un des propriétaires nous a appelés en urgence, nous sommes arrivés juste à temps pour empêcher le pire.»

Sur le qui-vive

Même son de cloche du côté de Guigues et Notre-Dame-du-Nord. Le maire de Notre-Dame-du-Nord, Nico Gervais, a même pris congé de son travail pour prêter main-forte à ses citoyens qui avaient commencé à empocher du sable dans des sacs dès le 7 mai.

«La beauté de la chose, c’est que nous n’avons qu’un endroit critique dans la municipalité, dans le Petit-Nédélec Sud, a-t-il indiqué. Entre 35 et 40 bénévoles ont rempli 4000 sacs de sable. Nous avons érigé des digues pour protéger sept résidences à titre préventif. Jeudi matin, les résidences n’avaient pas été affectées, mais avec les grands vents qui ont provoqué des vagues, les terrains eux ont été détrempés par quatre à cinq pouces d’eau qui se retire présentement.»

«Lorsque l’un des propriétaires nous a appelés en urgence, nous sommes arrivés juste à temps pour empêcher le pire» - Yves Ouellet

L’aréna de St-Bruno-de-Guigues a accueilli plusieurs bénévoles jeudi soir. Ceux-ci ont rempli au moins 1500 sacs de sable. «Depuis lundi que le bouton urgence clignote ici, a fait savoir Serge Côté, directeur général de la municipalité. Nous étions soulagés que le niveau d’eau n’ait pas monté tel qu’annoncé précédemment. Mais hier soir, Services Canada a émis un autre avis évoquant la possibilité d’une augmentation du niveau d’eau de 50 cm. Comme le niveau est déjà au-delà de son seuil maximum, c’est inquiétant.»

Actuellement, certaines propriétés ont aménagé de petites digues. Mais aucune des 200 propriétés riveraines dont une centaine de résidences permanentes n’est véritablement menacée. Ce qui inquiète davantage les résidents riverains pour le moment sont les blocs de glace charriés par les vagues. «Hier, ce phénomène s’est produit du côté ontarien du lac, a poursuivi M. Côté, si le vent tourne, plusieurs terrains ou des infrastructures comme les quais pourraient être touchés ici.»

Crues Témiscamingue

©Facebook

Des bénévoles se sont également rencontrés à l’aréna de St-Bruno-de-Guigues pour remplir autour de 1500 sacs de sable à titre préventif.

Opémican moins chanceux

Mercredi en après-midi, le pont du chemin de la rivière Kipawa dans le parc Opémican a été emporté par le courant. Il était sous surveillance depuis plusieurs jours. «Nous avions été avisés par l’organisme qui gère les niveaux d’eau du lac Kipawa que le débit de la rivière serait augmenté de façon extraordinaire afin d’évacuer la crue des eaux du réservoir, a relaté Dany Gareau, directeur général du Parc national d’Opémican. Actuellement, nous nous assurons que l’environnement du pont soit sécurisé et que personne ne s’aventure en kayak sur la rivière.»

Le secteur était déjà évacué depuis mardi. Les responsables des infrastructures du parc d’Opémican évaluent présentement quelle solution sera préconisée pour la suite des choses, à savoir l’aménagement d’une structure temporaire ou la reconstruction permanente.

Opémican crues

©Facebook

Un pont a été emporté par le courant dans le parc National d’Opémican.

Opémican crues

©Facebook

Un pont a été emporté par le courant dans le parc National d’Opémican.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média