Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

LHJMQ

Retour

14 mai 2019

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

«Je suis fier d’eux, comme si c’était mes fils» - Marc-André Bourdon

Il a enfin gagné la Coupe avec les Huskies!

Marc-André Bourdon Félix Bibeau Huskies Rouyn-Noranda

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Félix Bibeau a pris l’entraîneur adjoint Marc-André Bourdon dans ses bras à la suite de la victoire.

Marc-André Bourdon a toujours représenté ce qu’un vrai Husky devait être. S’il n’a jamais pu mettre la patte sur la Coupe du Président, il a contribué à amener le précieux trophée dans la capitale du cuivre cette année.

Il faut dire que l’entraîneur adjoint a toujours été un Husky de cœur et d’âme. «Je voulais travailler avec Rouyn-Noranda et aucune autre équipe. Ça ne m’intéressait pas d’aller ailleurs. De ramener la Coupe après avoir passé si près en 2008, c’est vraiment plaisant», a-t-il confié.

Mais l’entraîneur adjoint, même s’il était très heureux de remporter ce trophée, voulait surtout souligner le travail des joueurs. «Ce sont eux qui ont le crédit. On les aide, on leur donne les outils, mais ce sont eux qui s’en servent. Ce sont eux qui ont suivi le processus», a-t-il fait valoir.

Comme un père

Publicité

Défiler pour continuer

Marc-André Bourdon a regardé ses protégés lever la Coupe les uns après les autres. «Je suis resté en retrait. Je les regardais célébrer. C’est tellement gratifiant. Comme entraîneur, on travaille fort avec eux pour les guider, pour les aider à accomplir leur mission. Je suis fier d’eux, comme si c’était mes fils», a-t-il lancé.

Il faut aussi dire que l’ancien défenseur a eu des flashbacks. «Je me suis revu avec mes patins dans les pieds. Ça reste tout un feeling», a-t-il évoqué.

Mais, à cette époque, il se trouvait de l’autre côté.

«Ce sont peut-être des opportunités manquées comme il y en a chaque année. Il reste que je vois ça comme un apprentissage. Cette expérience acquise, je l’ai donnée aux joueurs. De les voir se prendre dans les bras et de voir ce qu’ils ont accompli, je suis fier d’eux» - Marc-André Bourdon

Du plaisir à travailler

Questionné sur ce qui faisait la différence entre l’édition 2008 et celle de 2019, Marc-André Bourdon a évoqué le plaisir du travail. «Cette année, les gars avaient du plaisir à travailler. Ils avaient toujours le sourire aux lèvres et une attitude positive. Pas que notre équipe n’en avait pas, mais on n’en avait pas autant», a-t-il expliqué.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média