Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

15 mai 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Gazoduq cède devant les manifestants et annule deux rencontres avec des propriétaires terriens

Gazoduq gazoduc

©Photo tirée de Facebook

Gazoduq est confrontée aux inquiétudes des citoyens qui craignent les impacts de la construction de la conduite de gaz.

La compagnie Gazoduq, qui prévoit la construction d’une canalisation de gaz de 750 km à travers l’Abitibi, a annulé des rencontres d’échange avec des propriétaires terriens de Preissac, le 15 mai et de La Corne, le 16 mai, à la suite de la manifestation qui a eu lieu dans le quartier D’Alembert, à Rouyn-Noranda, le 14 mai.

Pour le moment les rencontres du même type prévues au Saguenay seraient maintenues.

Une quarantaine de citoyens se sont présentés alors que Gazoduq avait invité 18 propriétaires touchés par son tracé pour échanger à propos du projet et obtenir le droit de passage sur leurs terres. «C’est avec regret que nous avons pris la décision d’annuler les rencontres», a déclaré Frédéric Lepage, chef des relations avec les communautés de Gazoduq. Il a expliqué que l’entreprise voulait des autorisations pour réaliser des inventaires de faune et de flore pour l’étude d’impacts environnementaux.

Inquiétudes

M. Lepage, était déçu de ne pas avoir eu la chance de s’exprimer librement, mais il a expliqué comprendre les inquiétudes exprimées par les citoyens. «Pour plusieurs opposants, c’était des gens que l’on avait déjà rencontrés, donc on avait entendu ces messages. Ça fait parti des engagements que l’on a pris de mieux communiquer les bénéfices de notre projet», a-t-il confié.

Le gaz naturel pourrait remplacer le mazout et le charbon dans des centrales électriques et ultimement permettre de réduire l’émission 28 millions de tonnes par année de gaz à effet de serre. «Ce qui représente à peu près le tiers des émissions du Québec», a expliqué M. Lepage.

Malaise

Il a soutenu que les propriétaires terriens avaient exprimé leur malaise devant la présence des manifestants. «Ce qui a eu pour effet de les priver de leurs droits de recevoir l’information et d’échanger dans le respect de tous.»

Il a ajouté qu’il ne souhaitait pas priver les citoyens d’information, mais qu’il n’était pas possible d’avoir un dialogue serein dans les circonstances.

Gazoduq n’a pas pu expliquer les redevances et retombées potentielles en lien avec le projet. «L’intention de l’entreprise c’est d’être le plus transparent possible et de fournir l’information de la façon la plus précise et rapide.» Cela n’a donc pas été possible le 14 mai, mais Frédéric Lepage souhaite reprendre le dialogue.

L’entreprise entend communiquer de façon individuelle avec les propriétaires pour le moment, de manière à maintenir les échanges.

Frédéric Lepage Gazoduq

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Frédéric Lepage, chef des relations avec les communautés de Gazoduq

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média