Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

16 mai 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Une coop pour redonner une station d’essence à Béarn

Les citoyens se mobilisent

Ghislain Bellehumeur

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Ghislain Bellehumeur, membre du comité provisoire a fait la présentation du projet en compagnie du maire, Luc Lalonde.

Au moins 125 résidents de Béarn, se sont montrés intéressés à en savoir davantage sur la formation d’une coop de solidarité qui leur permettrait de recouvrer une station d’essence dans leur village.

Un projet poste d’essence automatisé avec un réservoir hors terre a été présenté à l’assistance. «Les coûts liés à l’aménagement de ce réservoir hors terre sont estimés à 180 000 $ chez un fournisseur et à un peu plus de 183 000 $ chez un autre, a indiqué Ghislain Bellehumeur, membre du comité provisoire de la Coop de solidarité. L’autre projet avec un réservoir souterrain atteindrait les 275 000 $. Aussi, selon le terrain dont nous pourrions disposer, il serait difficilement envisageable d’installer un réservoir sous terre.»

Le terrain retenu est situé à la sortie sud du village, il appartient à la scierie Ryam. «Pour nous, ce serait le meilleur endroit, car il est à l’angle de la route 391, tout près du chemin de la Zec, des sentiers de motoneige et de VTT», a précisé M. Bellehumeur.

Le poids du nombre de membres

Deux représentants de la Coopérative de développement régional du Québec ont expliqué en quoi consistait une coopérative de solidarité. «C’est la seule forme de coopérative qui vous autorise à recevoir de l’aide de votre municipalité, a souligné le directeur régional, Evan Murray. La force d’une coop repose sur le poids du nombre de ses membres lorsque vient le moment de rechercher du financement. Vous ne pouvez pas toucher de ristournes si vous faites des profits, mais vous pourrez les réinvestir dans l’amélioration de votre service.»

«D’autres villages sont dans la même situation que nous. Nous n’avons pas le choix de trouver des solutions» - Luc Lalonde

Selon les données anticipées, la station-service pourrait facilement atteindre un débit de 500 000 litres par année. Ce qui pourrait générer des revenus de 12 500 $ alors que les dépenses de gestion et de fonctionnement oscilleraient autour de 7520 $.

Accueil magistral

Les questions de l’assistance ont porté sur le temps requis pour sa réalisation, sur l’aspect technique et sécuritaire des réservoirs d’essence. De manière unanime, le projet a été on ne peut mieux accueilli. Les membres de la communauté de 748 résidents étant aux premières loges depuis un an pour mesurer ce que l’absence d’une station-service peut impliquer.

À la fin de la séance d’information, Francis Brisson, a été le premier à remplir le formulaire pour signifier son intérêt à devenir membre de la coop. «L’an passé, mon petit bonhomme a été malade, a-t-il confié. Il a fallu que nous partions d’urgence pendant la nuit, pas d’essence, tu fais quoi?»

Francis Brisson

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Francis Brisson a été parmi les premiers à signer le formulaire signifiant son intérêt à devenir membre de la coop.

Fait intéressant, le poste d’essence sera ouvert tant aux membres qu’aux non membres et ce 24 h sur 24. Une assemblée de fondation de la coop devrait avoir lieu au cours des prochaines semaines. La première action sera par la suite de faire une demande à la Régie du bâtiment du Québec, organisme responsable des autorisations requises. Un minimum de 18 mois pourrait s’écouler avant l’inauguration.

Roger Lance, un citoyen de St-Bruno-de-Guigues, faisait partie de l’assistance. «Merci d’avoir laissé les gens d’autres villages assister à cette rencontre, a-t-il noté. Nous, nous perdrons notre seule station-service dans quelques semaines. Votre démarche a de quoi nous inspirer.»

Le maire de Béarn, Luc Lalonde, a apprécié que sa population soit si intéressée. L’exode des services fait partie des préoccupations du conseil municipal. «Quand tu as perdu ton épicerie, ta caisse, ton bureau de poste, et que tu n’as plus d’essence, les gens ne viennent plus dans ton village, a-t-il fait observer. Quand le poste d’essence sera implanté à nouveau, notre comité de services de proximité travaillera sur un autre service à rétablir ou à maintenir. D’autres villages sont dans la même situation que nous. Nous n’avons pas le choix de trouver des solutions.»

Coop solidarité Béarn

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le projet a été mis sur pied par le Comité de maintien des services de proximité de Béarn.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média