Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

16 mai 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Une espèce envahissante dans le lac Témiscamingue

Amateurs de pêche, méfiez-vous: le cladocère épineux est parmi nous

Cladocere

©Gracieuseté : Huguette Masse

Récemment découvert dans le lac Témiscamingue, ce crustacé entre en compétition avec le zooplancton et menace la chaîne alimentaire des autres espèces.

Vous aimez la pêche et les ballades sur l’eau? Vous apprécievous promener d’un lac à l’autre. Soyez vigilants, le cladocère épineux, s’agrippe à la coque de votre embarcation, sur vos rames, votre moteur et même sur vos accessoires de pêche.

Les travaux du ministère des Forêts, de la Faune et des Pacs (MFFP) effectués au printemps 2019 ont malheureusement permis de détecter plusieurs spécimens de cladocères épineux de différentes tailles dans les échantillons prélevés dans les eaux du lac Témiscamingue.

«Le cladocère épineux entre en compétition directe avec les espèces de zooplancton indigènes en modifiant la chaîne alimentaire, peut-on lire dans le communiqué émis par le MFFP. Cela peut entraîner des effets négatifs importants sur plusieurs espèces de poissons pêchés ainsi que sur les espèces dont ils se nourrissent.»

«Ce crustacé, dont les œufs résistent au froid, au dessèchement et même à l’ingestion par un prédateur, se propage rapidement» - Yves Grafteaux

Mieux vaut prévenir

Actuellement, le cladocère épineux n’a été recensé que récemment dans le lac Témiscamingue, et auparavant à Larder Lake, à proximité de Rouyn-Noranda. C’est pourquoi on recommande aux utilisateurs qui se promènent d’un à plan d’eau à un autre de redoubler de vigilance.

Station lavage bateau

©Gracieuseté OBVT

Une station de lavage de bateaux est déjà accessible à Notre-Dame-du-Nord et bientôt une autre le sera à Laniel. D’autres projets sont en voie de réalisation au Témiscamingue et en Abitibi.

L’Organisme du bassin versant du Témiscamingue (OBVT), en collaboration avec le Conseil régional de l’environnement l’Abitibi-Témiscamingue (CREAT), est aux aguets dans ce dossier depuis plusieurs années. En 2015, il a acquis sa première station mobile de lavage de bateaux.

«Ce crustacé, dont les œufs résistent au froid, au dessèchement et même à l’ingestion par un prédateur, se propage rapidement, a prévenu Yves Grafteaux, directeur général par intérim de l’OBVT. Voilà pourquoi une station mobile de lavage de bateaux est déjà disponible à Notre-Dame-du-Nord et bientôt une autre le sera à Laniel.»

M. Grafteaux a profité de l’occasion pour rappeler aux propriétaires de plans d’eau que des programmes sont disponibles pour acquérir une station de lavage de bateaux.

Pour en savoir plus sur les bonnes pratiques à adopter, rendez-vous au https://mffp.gouv.qc.ca/la-faune/especes/envahissantes/methodes-prevention.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média