Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

21 mai 2019

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Allié de choix pour la relance de la raffinerie de Cobalt

First Cobalt signe une entente de partenariat avec Glencore

©Gracieuseté - First Cobalt Corporation

À l’heure actuelle, la raffinerie de Cobalt est la seule du genre en Amérique du Nord capable de produire du sulfate de cobalt de qualité batterie.

First Cobalt Corporation s’est adjointe un allié de taille dans son intention de relancer les opérations de la raffinerie de cobalt à Cobalt avec la signature, par la multinationale Glencore, d’un protocole d’entente en ce sens. Si tout se déroule comme prévu, l’usine pourrait reprendre du service d’ici deux ans.

En vertu de l’entente, annoncée le 21 mai, Glencore fournira à First Cobalt suffisamment de matière première pour que la raffinerie de Cobalt produise de 2000 à 2500 tonnes par année de sulfate de cobalt, un produit utilisé dans la fabrication de batteries lithium-ion. La multinationale consentira aussi un prêt à First Cobalt pour financer la remise en service de la raffinerie et lui apportera du support technique.

«En tant que premier producteur de cobalt de la planète, Glencore est pour nous un partenaire idéal, a fait valoir le PDG de First Cobalt, Trent Mell, par voie de communiqué. Ce partenariat que nous annonçons aujourd’hui va nous aider à atteindre notre objectif de fournir au marché nord-américain du cobalt de qualité batterie provenant de sources éthiquement responsables.»

Encore du pain sur la planche

L’entente ne deviendra cependant définitive que lorsque First Cobalt aura complété les analyses en vue de déterminer si la relance de la raffinerie de Cobalt est économiquement rentable.

En octobre 2018, la société junior avait publié les résultats d’une étude indépendante qui indiquait qu’avec un scénario de traitement de 24 tonnes de minerai par jour, 30 M $ US seulement seraient requis pour remettre l’usine en production. L’étude avait également mentionné qu’une expansion allant jusqu’à 50 tonnes par jour serait possible sans devoir revoir les infrastructures actuelles. Toutefois, elle ne s’était pas attardée sur la viabilité économique d’une remise en production, ciblant seulement l’évaluation des coûts d’une remise en état des installations.

First Metals a cependant déjà signé des ententes confidentielles avec plusieurs compagnies automobiles intéressées à sécuriser leur approvisionnement en cobalt pour le marché nord-américain.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média