Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

23 mai 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Une étude sur les loisirs et l’équilibre financier sont salués par les maires

Conseil de la MRC de Témiscamingue en bref

MRC Témiscamingue

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Plusieurs décisions structurantes ont été entérinées lors du Conseil de mai.

Malgré le brouhaha créé par la présence de citoyens pour le maintien d’une piscine, plusieurs bonnes décisions structurantes ont été prises au Conseil de la MRC de Témiscamingue du 22 mai. Sans surprise, à quelques reprises, une référence au projet de piscine s’est liée en filigrane aux autres dossiers.

Une étude portant sur la coopération en loisir dans la MRC de Témiscamingue a été présentée par Fany Drolet, coordonnatrice de Généraction, et la kinésiologue Stéphanie Lalonde. Cette étude mettait en lumière l’ouverture des Témiscamiens à se déplacer sur le territoire pour accéder aux loisirs qu’ils affectionnent tout particulièrement, que ce soit des loisirs de plein air ou autres. Elle s’appuyait sur un portrait de l’offre de services actuelle, les grands constats, liés au vieillissement de la population, à la capacité de se mouvoir sur le territoire, et à l’impact des loisirs sur la qualité de vie. «Les loisirs, c’est tout ce qui ne touche pas vos obligations», a rappelé Fany Drolet.

Hydroélectricité

Plusieurs décisions liées au développement de l’hydroélectricité sur le territoire ont été entérinées par les élus. Ainsi, la demande pour l’obtention des droits hydriques pour le projet Onimiki en partenariat avec les Premières Nations dans le secteur Sud sera complétée. Une somme de 15 000 $ a été réservée pour embaucher un avocat afin de rédiger les chartes et autres documents liés à la création d’une Régie de l’énergie et d’ententes avec les Premières Nations.

Norm Young, le maire de Kipawa, a été le seul maire à voter contre ces résolutions, rappelant que le projet du secteur Sud touchera 70 % de sa population. «Nous ne sommes pas consultés, mais ce projet se passera chez nous», a-t-il reproché.

«Adopté à la majorité», a répondu chaque fois la préfète Claire Bolduc. Mme Bolduc a d’ailleurs rappelé au cours de la soirée que les redevances d’un projet tel qu’Onimiki faciliteraient la construction d’infrastructures comme l’ont fait les redevances de La Romaine dans un projet de piscine sur la Basse-Côte-Nord.

«Les loisirs, c’est tout ce qui ne touche pas vos obligations» - Fany Drolet

Santé financière

L’adoption des résultats financiers a permis d’illustrer une saine gestion des deniers des contribuables, selon Mme Bolduc. Les revenus de 7,9 M $ ont permis de générer un excédent de 386 209 $. Dans les différents postes budgétaires cités lors de cette présentation, notons un actif de 3,6 M $ ainsi qu’une marge de crédit de 4 M $, dont 2,8 M $ sont engagés pour les matières résiduelles. Les obligations contractuelles atteignent les 1,6 M $.

À peine les états financiers étaient-ils adoptés que la proposition de refaire la rampe d’accès du Centre de tri à Fabre, au coût de 74 000 $, a fait maugréer le maire de Fugèreville, André Pâquet. «Je trouve ça pas mal cher, 74 000 $, a-t-il critiqué. On en a fait une à Fugèreville et elle a coûté 1000 $. Tout l’argent qu’on pourrait économiser à des places comme ça pourrait être investi dans la piscine.» Finalement, plusieurs autres maires ont penché du même côté que M. Pâquet et la décision d’autoriser la somme pour la rampe d’accès a été reportée malgré la désuétude de celle construite en 2011.

La gestion financière a également été questionnée par un contribuable. «Pourquoi vous attribuez 15 000 $ à un avocat pour préparer la charte de la Régie d’hydroélectricité, a soulevé le citoyen Gilles Lepage. Rédiger une charte par un notaire, ça coûte autour de 2000 $.» «Nous avons réservé 15 000 $ en tenant compte des coûts que d’autres MRC ont payés, a fait valoir Claire Bolduc. Ça ne veut pas dire que nous l’utiliserons au complet. Tant mieux si ça coûte moins cher que prévu. Votre suggestion de contacter un notaire pourrait être évaluée.»

Enfin, un avis de motion pour l’adoption d’un nouveau règlement sur la gestion contractuelle a été déposé lors de cette séance du conseil. Le dernier règlement en cette matière avait été adopté en décembre 2010.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média