Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

24 mai 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Nouvelles preuves dans le dossier Rapattoni

L’enquête préliminaire est reportée

Sandra_Rapattoni_mugshot

©Sûreté du Québec - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

L’enquête préliminaire de Sandra Rapattoni, qui devait avoir lieu le vendredi 24 mai au Palais de justice de Rouyn-Noranda, a été repoussée à une date ultérieure en raison de nouvelles preuves.

L’enquête préliminaire de Sandra Rapattoni pour agression sexuelle, qui devait avoir lieu le vendredi 24 mai au Palais de justice de Rouyn-Noranda, a été repoussée à une date ultérieure en raison de nouvelles preuves.

L’audience s’est déroulée en l’absence de l’accusée, dont la présence n’était pas requise. Son avocate, Me Isabelle Martineau, était présente par visioconférence. L’avocat de la Couronne, Me Nicolas Bigué, a fait savoir au juge Richard Laflamme que de nouvelles preuves avaient été déposées aux dossiers de Rapattoni. Ces nouveaux éléments auraient été partiellement dévoilés à la défense en raison de leur taille. 

«Nous ne sommes pas prêts à fixer une date pour l’enquête préliminaire et nous ne savons pas non plus quand nous serons prêts à le faire, a déclaré ouvertement Me Bigué. Nous devons passer à travers l’ensemble des nouveaux éléments qui nous ont été soumis.» 

Les deux avocats ont convenu ensemble de revenir à la Cour le 26 août afin de procéder à une rencontre préparatoire. Celle-ci devrait permettre de déterminer une date ainsi que la durée de l’enquête préliminaire. 

Accusations 

Sandra Rapattoni fait face à sept chefs d’accusation, dont quatre pour agressions sexuelles. Deux autres chefs indiquent que l’accusée aurait «induit ou a tenté d’induire les victimes, par des menaces, accusations ou la violence, à accomplir ou faire accomplir quelque chose, soit: être la soumise de Daniel Laframboise», peut-on lire dans l’acte d’accusation. 

Rapattoni a été remise en liberté le 7 août sous certaines conditions, dont celle de déposer une caution de 2500 $ sans garantie, en plus de devoir se rapporter au poste de police toutes les semaines. 

Le 2 août 2018, Sandra Rapattoni avait été arrêtée avec son conjoint, Daniel Laframboise. Au moment de l’arrestation, celui-ci faisait face à 11 chefs d’accusation. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média