Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

30 mai 2019

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Des diamants à l’est de Notre-Dame-du-Nord?

Tres-Or veut relancer le projet Guigues

TresOr_diamants_NDDN

©Tres-Or Resources

Très-Or planifie réaliser des forages à compter de la fin de l’été dans le secteur à l’ouest de l’île aux Rapides, au Témiscamingue.

Stimulée par le marché du diamant, Tres-Or Resources entreprendra dans quelques mois une relance de son projet de diamants Guigues, à environ 10 km à l’est de Notre-Dame-du-Nord.

Basée à Vancouver, la société junior en a fait l’annonce le 28 mai, en lien avec un placement privé de 1 M $ qui lui permettra à la fois de se recapitaliser et d’investir 679 000 $ dans des travaux d’exploration au Témiscamingue.

Les forages, qui devraient débuter à la fin de l’été, permettront à Tres-Or d’obtenir des échantillons de la cheminée de kimberlite de Guigues afin de tester son potentiel en microdiamants, un exercice qui n’avait jamais été réalisé sur ce projet depuis son acquisition par la société, en 2003. Les résultats des tests devraient être publiés vers la fin de l’année. Un budget de 440 000 $ sera consacré à cette partie des travaux.

L’autre volet du programme 2019, pour lequel 239 000 $ seront consentis, ciblera deux nouvelles cheminées de kimberlite sur la propriété afin de mieux comprendre la géologie du secteur. Là aussi, les échantillons obtenus feront l’objet de tests pour les microdiamants.

Un peu d’histoire

La cheminée de kimberlite de Guigues a été découverte en 1983 par le géant mondial du diamant De Beers. En 1989, lorsque les claims de ce dernier ont échu, un autre promoteur a pris le relais et réalisé quelques travaux en 1992, dont un échantillonnage de 2 à 3 tonnes de minerai.

L’analyse historique récemment effectuée par Tres-Or a cependant démontré que ces travaux avaient été réalisés sans méthodes, procédures ou protocoles consistants avec l’industrie diamantifère qui commençait alors à peine à émerger dans le Nord du Canada. Les données ne pouvaient donc être considérées valables.

En 2009, les résultats obtenus par Tres-Or à la suite de nouvelles analyses ont réactivé son intérêt envers le projet Guigues. En 2015, un levé magnétique aéroporté a débouché sur l’identification d’un secteur à l’ouest de l’île aux Rapides, sur la rivière des Outaouais, qui semblait présenter un bon potentiel diamantifère. Depuis, trois cheminées de kimberlite ont été identifiées, tout comme trois autres corps minéralisés.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média