Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

02 juin 2019

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

FGMAT: la symphonie Desjardins-Marchand a fait son œuvre

Richard Desjardins

©FGMAT/Christian Leduc - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le plus grand coup du FGMAT a été sans contredit l’interprétation des œuvres de Richard Desjardins par l’Orchestre symphonique régional, en compagnie de l’artiste en personne.

Le Festival des Guitares du Monde en Abitibi-Témiscamingue (FGMAT) a encore amené les mélomanes de la région à se régaler de notes entendues nulle part ailleurs.

Sans surprise, le spectacle de Richard Desjardins et de l’Orchestre symphonique régional de l’Abitibi-Témiscamingue fut le moment phare de cette édition. «Les commentaires de tout le monde étaient les mêmes. On m’a beaucoup parlé de l’émotion que ce spectacle avait suscitée. C’était une grande fierté pour nous d’avoir regroupé Richard Desjardins ainsi que Jacques Marchand et notre orchestre», a souligné le président du FGMAT, Jean Royal.

Il faut dire que les billets pour les deux représentations ont disparu aussi vite qu’ils sont apparus. «On savait qu’ils allaient se vendre rapidement, mais on a été surpris par la vitesse à laquelle ils se sont vendus», a-t-il évoqué.

Une promenade intéressante

Le 25 mai, la Promenade des Guitares a aussi égayé les rues rouynorandiennes. Si la température a un peu affecté le plan original, il n’en reste pas moins que cette activité sera rééditée. «Ça nous permet de maximiser les lieux et d’utiliser des attraits de Rouyn-Noranda», a fait valoir M. Royal.

L’activité était simple: six stations musicales ont permis aux festivaliers de se laisser bercer par les notes du FGMAT dans un parcours déambulatoire. «On avait réservé deux spectacles-surprises, soit la prestation de Justin St-Pierre et Michel Gentils au début et des deux guitaristes d’Opal Ocean à la fin», a précisé le président du FGMAT.

Salles bondées

Encore une fois, les différents spectacles ont su répondre aux besoins mélodiques des spectateurs. «La particularité de notre festival, c’est d’offrir des choses uniques qu’on ne verrait pas ailleurs. On peut créer des projets spécifiques destinés aux mélomanes», a soutenu Jean Royal.

Que ce soit par les performances des enfants du couple de Natalie MacMaster et Donnell Leahy lors de leur spectacle jusqu’aux notes blues de Matt Andersen, le FGMAT aura encore été un succès. «On ne peut pas prétendre qu’on vend tous les billets, mais notre achalandage tourne entre 75 à 85% des salles. On a eu des spectacles à guichets fermés et d’autres pratiquement complets. On a une billetterie performante», a fait savoir le président du Festival.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média