Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

03 juin 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

De l’accompagnement pour les usagers anglophones du CISSSAT

CISSSAT_hosto_Rouyn

©Patrick Rodrigue

En partenariat avec Neighbours, le CISSSAT a engagé Jessica Nesteruk pour accompagner les usagers anglophones lors de leurs rencontres. De cette façon, les médecins et les usagers sont assurés que l’information transmise est comprise par tous.

Au cours de la dernière année, le CISSSAT a travaillé à offrir un meilleur accès aux services de santé et aux services sociaux en langue anglaise. Une personne a d’ailleurs été embauchée pour faire la liaison entre le personnel médical et les usagers anglophones.

Le Projet Adaptation a été mis en place en 2017, en collaboration avec l’organisme Neighbours, et a permis l’embauche d’une agente de liaison en langue anglaise. Jessica Nesteruk est chargée d’accompagner autant les usagers que les professionnels de la santé.

«Mon rôle consiste surtout à accompagner les personnes anglophones lors de leurs rendez-vous à l’hôpital et dans les autres établissements de soins de santé comme le CLSC. Le but est de faciliter la communication entre la clientèle anglophone et les professionnels de la santé, qui sont pour la plupart francophones. On s’assure que tous ont bien compris ce qui s’est dit lors des rencontres», a-t-elle expliqué.

Points de repère

Publicité

Défiler pour continuer

En plus de faciliter la communication, Mme Nesteruk a aussi le mandat d’aider les gens à se repérer dans le système de santé. «Il arrive parfois que l’usager anglophone ne sache pas quelles sont les démarches qu’il doit entreprendre, comme cela peut arriver à un usager francophone. Ce n’est pas toujours facile de se retrouver dans ce système. Le fait de ne pas parler français peut ajouter une difficulté pour ces personnes», a-t-elle fait observer.

Depuis son entrée en poste, Jessica Nesteruk a d’ailleurs constaté une augmentation des demandes. «Les gens sont de plus en plus au courant que le service existe et cela a eu un effet sur le nombre d’accompagnements que je fais. Ce sont principalement les intervenants du milieu de la santé qui ont d’abord fait appel à mes services», a-t-elle souligné.

«Le but est de faciliter la communication entre la clientèle anglophone et les professionnels de la santé, qui sont pour la plupart francophones» - Jessica Nesteruk

Usagers anglophones

Pour l’instant, l’intervenante est principalement appelée à travailler à Rouyn-Noranda. «À plus long terme, le CISSSAT et Neighbours souhaitent mettre en place une autre ressource, comme celle de Rouyn-Noranda, mais pour répondre aux usagers qui fréquentent l’hôpital de Val-d’Or», a fait savoir le service des communications du CISSSAT.

«À l’hôpital de Ville-Marie, une agente de liaison en langue anglaise, engagée par le Algonquin Nation Programs and Services Secretariat, est aussi disponible pour aider les usagers anglophones lorsqu’ils en font la demande. Elle est en mesure de se déplacer jusqu’au pavillon Témiscaming-Kipawa si nécessaire», a indiqué le CISSSAT.

Il n’était pas possible pour le CISSSAT d’indiquer combien d’usagers anglophones bénéficient des différents services offerts dans leur langue. Le service des communications a fait référence aux données du recensement de 2016, qui indiquait que «le pourcentage de personnes de langue anglaise, pour l’Abitibi-Témiscamingue, représente 3,6 % de l’ensemble de la population, soit environ 5100 personnes sur une population totale d’un peu plus de 145 000 personnes».

«À partir du pourcentage de personnes d’expression anglaise par secteur de MRC, il est possible de déterminer que le plus grand nombre d’usagers anglophones se trouve au Témiscamingue, dans la Vallée-de-l’Or et à Rouyn-Noranda», a précisé le service des communications du CISSSAT.

D’autres exemples de mesures mises en place

Le CISSSAT travaille actuellement à la rédaction d’un nouveau Programme d’accès aux services de santé et aux services sociaux en langue anglaise. Ce programme sera valide jusqu’en 2024. Au préalable, le document devra être transmis au ministère de la Santé et des Services sociaux et approuvé par décret par le gouvernement du Québec. En parallèle avec la rédaction de ce document, le CISSSAT multiplie les efforts pour mettre sur pied un comité régional qui se penchera sur la question.

«Au cours des dernières années, de plus en plus de documents, produits par le CISSSAT et dédiés au grand public ont été traduits en anglais. Les demandes de traduction venant de la part des différentes directions de l’établissement sont en constante augmentation», a rapporté le CISSSAT.

De plus, les employés du CISSSAT peuvent toujours bénéficier du programme de formation en langue anglaise réalisé en partenariat avec l’Université McGill.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média