Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

04 juin 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Dufour veut que le fédéral paie pour la route 117 et le provincial pour le transport collectif

Accident_route_117

©Jean-François Vachon

Pierre Dufour demande au fédéral que la route 117 devienne plus sécuritaire.

Pierre Dufour, député d’Abitibi-Est et ministre régional, entend interpeller le gouvernement fédéral pour qu’il investisse dans l’amélioration de la route 117.

Chaque année, la route 117 est le théâtre de nombreux accidents, trop souvent mortels. 

«Ce n’est pas qu’un problème provincial, c’est [aussi] un problème fédéral. D’est en ouest, c’est le chemin le plus court utilisé par les camionneurs. Va-t-on, à un moment donné, mettre [suffisamment d’argent dans cette route qui est tristement surnommée] Sang 17? Parce qu’il y a près d’un accident par semaine et près d’un mort par mois», a dénoncé M. Dufour. 

Il considère donc que le fédéral a le devoir d’investir dans cette route, qui fait partie du réseau transcanadien. 

«Vous voulez qu’on devienne plus vert en région? Qu’on développe le transport collectif? Eh bien, ça va prendre de l’aide à un moment donné.»   - Pierre Dufour 

Autobus Maheux

©Archives - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Pierre Dufour entend interpeller le provincial pour obtenir du soutien financier pour le développement du transport collectif.

Transport collectif 

Pierre Dufour, qui siège au conseil des ministres, entend également aller chercher la juste part des investissements qui devraient revenir à la région, notamment dans le transport collectif. 

Autobus Maheux tire le diable par la queue depuis plusieurs années. L’entreprise doit multiplier les démarches et les appels à l’aide pour se maintenir à flot. Malgré les subventions, la desserte s’érode et la clientèle est moins bien servie qu’auparavant. 

M. Dufour veut que la région obtienne sa juste part de l’enveloppe destinée au transport en commun pour répondre aux besoins des gens d’ici. Le ministre régional dénonce le fait que seuls les grands centres soient dans l’écran radar du gouvernement pour le développement du transport collectif, qui bénéficie de subventions qui permettent aux usagers de profiter de tarifs abordables. 

«Quand tu regardes l’Abitibi-Témiscamingue, nos villes sont en moyenne à 100 km de distance. À partir de cette distance, c’est comme si ça n’existe pas. Quand on en parle au niveau provincial, [on se fait répondre qu’on] n’en a pas, de transport collectif. Mais si on veut en créer?», s’est questionné Pierre Dufour. 

Il réclame que le gouvernement offre le même genre d’aide de manière à rendre le transport en commun accessible et efficace en région. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média