Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

06 juin 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Les élèves de l’Est témiscamien protégeront le martinet-ramoneur

La Commission scolaire fait la promotion de sa sauvegarde

Aurore Lucas

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Aurore Lucas a pu constater sur place à quel point les élèves de Latulipe étaient fascinés par cet oiseau rare.

La Journée internationale des martinets, un oiseau en voie d’extinction, a été célébrée de belle façon à l’école Marie-Immaculée de Latulipe.

Le 6 juin, les élèves de la maternelle jusqu’au 3e cycle du primaire ont assisté à un atelier donné par le Conseil régional de l’environnement de l’Abitibi-Témiscamingue (CREAT) sur l’espèce, surnommée les martinets ramoneurs, ainsi que sur son habitat et sa protection.

«Nous sommes venus les sensibiliser à ce qui menace ces oiseaux, a indiqué Aurore Lucas, chargée de projet au CREAT, et leur faire part des comportements à adopter pour les sauvegarder. Éventuellement, les élèves parleront de ce qu’ils ont appris aujourd’hui dans leurs familles. En plus de la vidéo qu’ils ont pu visionner et de l’atelier qui a suivi, nous leur avons fourni de petits fascicules qui expliquent quoi faire si une famille de martinets a élu domicile dans la cheminée de leur maison.»

«Éventuellement, les élèves parleront de ce qu’ils ont appris aujourd’hui dans leurs familles respectives» - Aurore Lucas

Perte d’habitat et de nourriture

Au cours des 40 dernières années, la population des martinets-ramoneurs a chuté de 90 % au Canada. Il faut savoir que ces oiseaux nichent principalement dans les cheminées de briques et dans certains troncs arbres.

«Les cheminées de métal contribuent à réduire leur habitat naturel, car ils ne peuvent pas s’agripper sur les parois, a poursuivi Mme Lucas. Aussi, comme ils se nourrissent d’insectes, l’utilisation accrue de pesticides les prive forcément d’une bonne partie de leur nourriture.»

Entente unique

Dans la grande région de l’Abitibi-Témiscamingue, ces oiseaux migrateurs ne dépassent pas la frontière nord du Témiscamingue à cause du climat.

À l’heure du dîner, la contribution de la Commission scolaire Lac Témiscamingue (CSLT), dans la préservation de cet oiseau a été soulignée par le président, Pierre Rivard. Il a profité de l’occasion pour présenter l’entente de conservation à caractère unique signée avec le CREAT. Celle-ci consiste à accorder, dans le plan d’entretien des bâtiments de la CSLT, une attention particulière à la préservation des cheminées de briques lorsqu’il est possible de le faire.

Pour en savoir, plus rendez-vous sur la page web du CREAT, où un onglet est consacré aux martinets: www.creat08.ca/martinet-ramoneur.

Aurore Lucas

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les élèves ont été fasciné par le martinet-ramoneur.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média