Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

LHJMQ

Retour

10 juin 2019

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Deux nouveaux Américains dans la banque des Huskies

Huskies Rouyn-Noranda Repechage

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les Huskies ont sélectionné deux Américains lors du repêchage spécial pour les joueurs des États-Unis lundi.

Les Huskies ont profité du repêchage américain lundi pour ajouter deux autres joueurs à leur formation.

Avec leur première sélection, ils ont opté pour le défenseur Patrick Morrissey. Ce dernier a disputé 30 parties avec Dextel School en USHS-Prep où il a obtenu 2 buts et 11 passes.

Morrissey est un défenseur de 5 pieds 11 pouces de 158 livres originaire de Canton au Massachusetts.

Ce dernier fut une sélection de 8e ronde par les Lumberjacks de Muskegon lors du repêchage de la USHL.

Publicité

Défiler pour continuer

«Il n’est pas encore commis à une université. On vérifie certaines informations et on regarde ce qui est possible. On aimait le package qu’il offrait. C’est un défenseur bon dans les deux sens de la patinoire», a évoqué le directeur général et entraîneur-chef Mario Pouliot.

Un autre pari

Avec leur second choix, la meute s’est tournée vers Matthew Samoskevich, un patineur de 16 ans qui a évolué avec Shattuck St Mary’s en USHS-Prep où il a obtenu 36 buts et 38 passes en 51 parties. Le hockeyeur est commis à l’Université du Michigan.

«C’était le meilleur Américain disponible pour ce repêchage. Il a joué quelques parties avec Chicago dans la USHL. C’est un peu un coup de circuit qu’on tente», a soutenu Mario Pouliot.

Jouer aux dés

Pour le musher de la meute, il ne faut pas s’attendre à voir les joueurs sélectionnés au camp en août. «Si on regarde le passé, il n’y en a pas beaucoup qui viennent. On a décidé de prendre des paris sur des joueurs qui pourraient être sélectionnés par des équipes professionnelles tant qu’à n’avoir personne», a mentionné Mario Pouliot.

Il faut dire que le territoire américain que la LHJMQ possède est difficile d’accès. «C’est pratiquement 100% NCAA. Et, depuis qu’on est obligé de repêcher des Américains, je me demande combien se sont présentés», a-t-il exposé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média