Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

13 juin 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Émilise Lessard-Therrien déplore les investissements miniers risqués du gouvernement

Mine Renard Stornoway

©Photo Diamants Stornowa

Présentée comme le fleuron du Plan Nord, la mine de diamants Renard de Diamants Stornoway lutte à présent pour sa survie, quelques années seulement après son ouverture officielle.

Dans la foulée de la dégringolade financière de la mine de diamants de Diamants Stornoway, en Jamésie, Émilise Lessard-Therrien, députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, a déploré les investissements importants du gouvernement dans ce projet miner.

«La mine Renard de Stornoway, qui était pourtant le projet phare du Plan Nord si cher aux libéraux, est un fiasco total qui a coûté plus de 500 millions $ aux contribuables québécois. Aujourd'hui, la mine vaut moins de 30 millions $, et on apprend ce matin que le ministre de l'Économie va encore voler à sa rescousse! Investir autant d'argent des contribuables dans des projets aussi risqués, sans garantie ni prévisibilité, c'est du gambling, pas du développement économique!», s’est insurgée la députée de Québec solidaire (QS), le 12 juin en Chambre. 

Nationalisation 

Le plus étonnant, c’est que dans son programme, QS propose la nationalisation des mines. En effet, on peut y lire Qu’«[a]fin de concrétiser la responsabilité publique et collective des ressources naturelles québécoises, Québec solidaire préconise de placer l’industrie minière sous contrôle public (participation majoritaire de l’État), incluant au besoin la nationalisation complète». 

Questionnée à ce sujet, M. Lessard-Therrien a précisé que son parti ne préconisait finalement pas réellement la nationalisation des mines, mais plutôt celle de certaines ressources stratégiques comme le lithium. 

«Le lithium, c’est une ressource stratégique pour le plan de transition énergétique du Québec en vue, entre autres, d’atteindre l’objectif de réduction des gaz à effet de serre. Là, comment s’assurer que le gouvernement ne sera pas perdant en investissant dans ces ressources? Dans le cas du lithium, on parle d’une reprise du contrôle par l’État, donc devenir actionnaire majoritaire au moins à 51 %», a déclaré la députée. 

Rappelons que la mine de North American Lithium à La Corne, a dû cesser ses activités pour une durée indéterminée en raison de la chute des prix du minerai et que 70 travailleurs ont été mis à pied en début juin. En Jamésie, le projet de Nemaska Lithium tarde à se concrétiser, tandis qu’à La Motte, celui de Sayona rencontre une farouche opposition de plusieurs citoyens. 

Transformation au Québec 

Émilise Lessard-Therrien souhaiterait aussi que la transformation des ressources naturelles soit assurée au Québec. «Quand allons-nous nous intéresser sérieusement à leur transformation en région pour pérenniser nos investissements de départ et notre activité économique? Il est temps de changer de paradigme et d'avoir une vraie vision du développement régional!», a scandé la députée. 

Elle a aussi pris position pour une augmentation des redevances minières à 5 % de la valeur brute du minerai extrait.  

Capital de risque 

Le démarrage et l’opération d’une mine demeurent une entreprise difficile et très risquée. Les profits sont parfois au rendez-vous, mais le risque reste élevé pour les rares investisseurs qui osent s’y aventurer. Risque qui serait difficilement justifié dans un contexte de gestion responsable des deniers publics. 

Par exemple, il faut souvent investir plus d’un milliard de dollars pour trouver, développer et opérer une mine, alors que les résultats demeurent incertains. En ce sens, un gouvernement pourrait difficilement justifier de tels investissements, alors que des secteurs plus névralgiques comme le réseau de la santé et celui de l’éducation ont tant besoin d’argent. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média