Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

LHJMQ

Retour

15 juin 2019

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

«Notre travail, c’était de gagner les deux Coupes» - Félix Bibeau

Félix Bibeau Huskies Rouyn-Noranda

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Félix Bibeau était présent au repêchage à Québec.

Si on lui avait donné le choix, il y a fort à parier que Félix Bibeau aurait choisi de terminer son parcours avec les Huskies de Rouyn-Noranda. Arborant son polo des Remparts de Québec au repêchage, les 7 et 8 juin à Québec, il suffisait de lui mentionner le mot Huskies pour qu’il y aille d’une envolée lyrique sur son alma mater.

:Il l’avoue, quitter Rouyn-Noranda est très difficile. «Je suis resté une semaine à Rouyn-Noranda pour boucler la boucle. Le fait d’avoir gagné m’a rendu un peu moins amer parce que j’avais le sentiment du devoir accompli. Je me sentais serein. Notre travail, c’était de gagner les deux Coupes et on l’a fait. C’est plus facile partir», a-t-il laissé tomber.

Non, Félix Bibeau n’est pas déçu de joindre les Remparts, mais les Huskies représentent vraiment beaucoup pour lui. «Je suis attaché à cette organisation. J’ai été repêché par eux. Ça fait trois ans et j’ai tissé des liens d’amitié. Je crois que c’est normal. Maintenant, la page se tourne et un nouveau chapitre commence», a-t-il exposé.

Un message à passer

L’attaquant a profité de sa rencontre avec les médias pour lancer un message un peu plus clair.

«Je peux dire qu’à Rouyn-Noranda, c’est une organisation de première classe. J’entends des choses sur d’autres organisations – je ne nommerai pas de noms – mais les standards de ce que j’attends dans la LHJMQ sont déjà hauts parce les Huskies ont des standards très élevés. Les gens ne pensent peut-être pas ça, mais c’est ça. Les repas, les hôtels, le voyagement, on est traités en professionnels» - Félix Bibeau

Félix Bibeau se souviendra longtemps du dernier droit de la saison des Huskies. «L’ambiance à l’aréna, après Noël, était tout simplement incroyable. Plus les séries avançaient, plus c’était spécial. En finale, ce fut encore plus fou. Ce sont des moments qui vont rester gravés dans ma mémoire. L’aréna est petite, mais le son était impressionnant», a-t-il confié.

Une rivalité

Félix Bibeau se retrouvera au sein d’une rivalité naturelle avec son ancien capitaine, Rafaël Harvey-Pinard. Ce dernier évoluera pour les Saguenéens de Chicoutimi.

Il faut dire que Bibeau a vécu ce genre d’expérience, alors qu’il a affronté un de ses meilleurs amis en séries en Antoine Morand. «C’est différent parce que je n’ai jamais joué junior avec Antoine. Avec Rafaël, ça fait deux ans qu’on n’a pas fait une présence l’un sans l’autre, sauf si l’un des deux était au banc des punitions. C’était vraiment un de mes meilleurs amis», a soutenu le nouveau joueur des Remparts.

«On va devoir mettre ça de côté sur la glace. Il ne me laissera pas un pouce et je ne lui en laisserai pas un», a-t-il ajouté.

Nouveau rôle

L’ancien Husky compte jouer un rôle important au sein des Remparts de Québec. «C’est une équipe avec plusieurs bons jeunes, et je veux prendre un rôle de leader. Ça va me prendre un temps pour m’acclimater, mais je suis un gars qui s’entend bien en gang. Ce sera important d’être un leader», a-t-il confié.

Il a aussi hâte de travailler avec son nouvel entraîneur-chef, Patrick Roy. «J’ai rencontré l’organisation. Tout le monde le connaît. C’est une légende. On a eu un bon premier contact et j’ai eu de bons commentaires. Les installations sont vraiment classes. C’est le plus gros marché dans la LHJMQ. Ce sera un nouveau défi et c’est excitant», a-t-il soutenu.

Félix Bibeau devait attendre le repêchage avant de savoir s’il allait participer à un camp de développement. Il a confirmé avoir eu des contacts avec quelques organisations.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média