Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

16 juin 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

De grandes épreuves pour Lilie l’apprentie adulte

Samuel Larochelle

©Martin Guindon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Samuel Larochelle avec les trois premiers tomes de la série de romans jeunesse portant sur Lilie.

LITTÉRATURE. Amour à distance et douloureux deuil sont au programme pour Lilie, dans L’apprentie adulte. Il faudra peut-être même prévoir des mouchoirs pour ce troisième tome, prévient l’auteur Samuel Larochelle.

Dans L’apprentie parfaite paru en janvier 2018, l’Amossois d’origine nous a présenté Lilie, cette musicienne talentueuse de 14 ans de Matane qui se prépare pour une épreuve nationale.

Sa vie bascule ensuite dans L’apprentie amoureuse, publié en octobre 2018, alors qu’elle doit abandonner la musique pour une raison qu’on ne peut divulguer par respect pour les futurs lecteurs. Elle tombe aussi amoureuse d’Alexis, un espoir national de judo, ce qui la confrontera au fait qu’elle n’a plus de passion pour l’occuper, et surtout, pour la définir.

Tourbillon d’émotions

Lilie Jutras se prépare maintenant à entrer dans la vie adulte dans ce troisième tome paru aux Éditions Druide juste à temps pour le Salon du livre de l’Abitibi-Témiscamingue, dont Samuel Larochelle était le président d’honneur. On la suit dans sa relation amoureuse à distance, Alexis ayant été invité sur l’équipe nationale junior à Montréal. Mais elle sera surtout secouée par le décès d’une personne proche.

«C’est un personnage important de l’histoire et ça va lui faire traverser un tourbillon d’émotions. Mais elle va plus ou moins se laisser le droit de vivre ces émotions, parce qu’elle veut soutenir un proche qui avait un lien encore plus direct avec la personne décédée. Elle doit donc apprendre à gérer ce deuil, alors qu’elle n’est pas du tout outillée pour ça, et ça va la faire vieillir d’un coup. Elle doit aussi vivre sa relation à distance qui, finalement, avec tous les nuages qui planent au-dessus de Matane, lui offre une sorte d’échappatoire, lui permet de se changer les idées, respirer et aller vers quelque chose de plus doux», raconte Samuel Larochelle.

Sortez vos mouchoirs

Plus doux parce que ce cinquième roman de l’Amossois d’origine est son plus triste à ce jour, de son propre aveu. Il a redoublé d’efforts pour y mettre le plus de légèreté et de lumière possible, afin d’alléger le propos.

Lilie l'apprentie adulte livre jaquette

©gracieuseté

Lilie – L’apprentie adulte est le troisième tome de cette série écrite par Samuel Larochelle.

«J’écris des comédies dramatiques, avec de la légèreté, de l’humour, de l’action, de la profondeur et des émotions. Je veux faire passer le lecteur du rire aux larmes, de page en page, en cherchant une sorte d’équilibre. Mais j’ai dû assumer que ce troisième tome était mon plus dramatique. Et j’avertis les lecteurs quand je leur fais une dédicace: préparez-vous des mouchoirs, ça se peut que ça vous fasse pleurer», précise Samuel Larochelle.

Un quatrième tome?

L’apprentie adulte marque le troisième tome de ce qui devait au départ être une trilogie pour la série Lilie. Toutefois, comme il l’a déjà dit, Samuel Larochelle a du matériel pour se rendre à huit tomes.

«L’entente de base, c’était qu’on faisait une trilogie. Mais dans 9 à 10 mois, je vais m’asseoir avec mon éditrice pour voir si les ventes ont été assez fortes pour investir dans d’autres tomes. J’ai déjà les titres et les lignes directrices pour cinq autres histoires, ce qui nous mènerait jusqu’aux 23 ans de Lilie. Son histoire chevaucherait alors celle de mes deux premiers romans, qui portaient sur son grand complice dans l’amitié, Émile», rappelle celui qui a donné 22 conférences dans les écoles secondaires d’Amos et Barraute, touchant près de 1200 élèves, durant son séjour dans la région.

 

La première de plusieurs biographies

Le récit biographique L’homme de ma vie que Samuel Larochelle a écrit avec l’humoriste de Peter McLeod a connu un véritable succès, écoulant plus de 10 000 exemplaires. «D’autres personnalités m’ont approché et j’en ai moi-même abordé aussi. J’ai donc trois projets qui pourraient sortir dans les prochaines années. Je veux exploiter ce filon. C’est comme me demander de marier le journalisme et l’écriture de roman», souligne-t-il.

 

Un roman en quatre mois

Samuel Larochelle a tout mis en œuvre pour que son troisième tome soit prêt à temps pour le Salon du livre à Amos. «C’est trois mois de création et un mois de révision avec mon éditrice. En comparaison, l’écriture de mon premier roman, À cause des garçons, s’est étalée sur quatre ans et demi. Oui, je connais mon univers et mes personnages, alors c’est plus rapide de plonger dans l’histoire, mais ce fut intense comme écriture et comme objectif. En deux ans, j’ai publié trois romans et un récit biographique, en plus d’être journaliste pigiste à temps plein», rappelle-t-il.

 

Un fin psychologue

Pour chacun de ses romans, Samuel Larochelle plonge dans la psychologie de ses personnages, ce qui semble être l’une de ses forces. «J’ai toujours eu un petit côté psychologue en moi. J’ai même envisagé d'étudier en psychologie. J’ai l’impression de vivre cet intérêt-là en construisant la psychologie de mes personnages, qu’ils soient ados ou adultes. Et chaque fois, on me dit que c’est très juste comme émotion. Il y a des auteurs qui sont très forts sur la structure, l’évolution de l’intrigue… tout ça me tient vraiment à cœur, mais je veux aussi aller vraiment une couche plus loin au niveau des émotions. Jamais je ne reste qu’en surface. Plusieurs se laissent séduire par la légèreté et surprendre par les émotions qui les attendent dans le détour. C’est l’équilibre que je recherche», confie-t-il.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média