Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

18 juin 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

La mort de Clifford Joly aurait pu être évitée

Le travailleur est décédé sur un chantier forestier à Témiscaming

CNESST Kebaowek Clifford Joly,

©Photo CNESST

Des méthodes de travail déficientes ont mené au décès du travailleur.

La CNESST a rendu son rapport d’enquête sur le décès de Clifford Joly à la suite d’un accident de travail sur un chantier forestier dans le secteur de Témiscaming, au Témiscamingue, le 21 février.

Le rapport, qui a été rendu public le 18 juin, met en cause l’entreprise Kebaowek Land Management, qui aurait dû mieux former ses employés pour les réparations mécaniques en forêt. 

«Nous avons relevé des lacunes, qui sont inscrites dans le rapport d’enquête, et émis un constat d’infraction», a expliqué Yvon Grégoire, responsable des communications à la direction régionale de la CNESST. 

Mouvement de balancier 

Au moment du drame, M. Joly voulait effectuer une réparation sur le cylindre hydraulique d’une ébrancheuse à flèche monopièce. Pour mener à bien la réparation, il devait retirer la goupille du cylindre. C’est lors de cette manœuvre, alors qu’il se trouvait sous le cylindre et qu’il frappait sur la goupille inférieure avec une masse, que la lourde pièce s’est détachée et l’a percuté à la tête dans un mouvement de balancier. Il était alors accompagné d’un autre travailleur, qui l’aidait à retirer la goupille à l’aide d’une barre d’acier. Une chaîne avait été installée pour retenir le cylindre, mais le système n’a pas fonctionné. 

Le travailleur a ensuite été transporté à l’hôpital, où l’on a constaté son décès. 

Supervision déficiente 

Selon le rapport de la CNESST, la gestion des travaux de réparation mécanique sur le chantier était déficiente quant à la supervision, la formation et la méthode de travail, exposant le travailleur à des risques mortels. 

Pour obtenir le droit de reprendre ses activités, la CNESST a exigé que l’employeur élabore une nouvelle procédure pour les travaux de réparation mécanique. «Nous lui avons demandé de mettre en place des méthodes de travail conformes. L’employeur a réglé cette partie parce que, dorénavant, s’il y a des travaux mécaniques à faire, il les donne en sous-traitance», a conclu M. Grégoire. 

Simulation par la CNESST de l'accident qui a coûté la vie à Clifford Joly dans un chantier forestier de Témiscaming, le 21 février 2019, alors qu'il travaillait pour le compte de Kebaowek Land Management.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média