Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

04 juillet 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Il sera interdit de construire ou de réparer en zone inondable

CL-Programme sinistrés

©Thierry De Noncourt - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les ZIS auront pour effet d’empêcher la construction ou la reconstruction dans les zones affectées par des inondations à répétition.

Les inondations de cette année auront été la goutte qui a fait déborder le vase pour le gouvernement Legault.

Celui-ci a adopté un projet de décret, le 17 juin, qui vise à déclarer une zone d’intervention spéciale (ZIS) dans laquelle il sera interdit de construire, de reconstruire ou de réparer des bâtiments fortement endommagés dans le zones d’inondations récurrentes aux 20 ans.

En attendant l’adoption du décret, un effet de gel, où sont interdites toute construction, transformation, addition ou implantation nouvelle, s’applique sur les territoires visés.

Inondations à répétition et changements climatiques

«On a connu deux inondations majeures, que l’on a qualifiés d’historique en 2017 et 2019, alors c’est maintenant le temps d’agir avec prudence et de marquer un temps d’arrêt, le temps que l’on ait mis en place un plan d’action et que l’on révise notre cadre normatif dans le but d’assurer la sécurité des personnes et des biens», a expliqué Stéphane Bouchard, directeur général de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire et de l’habitation pour le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec.

Le gouvernement est aussi motivé par l’incertitude causée par les changements climatiques. «On ne peut pas dire que l’on a actuellement une connaissance fine de l’impact des changements climatiques sur le régime hydraulique et sur les inondations de manière générale», a ajouté M. Bouchard.

Pour cette raison, le gouvernement a créé l’organisme Ouranos qui a le mandat de développer des connaissances sur les changements climatiques et leurs impacts potentiels.

Plusieurs municipalités touchées

En Abitibi-Témiscamingue, 40 municipalités verront certains de leurs secteurs visés par des ZIS. Par exemple, à Rouyn-Noranda, des secteurs du Lac Bruyère et du lac Beauchastel, notamment le secteur de la Baie des Garde-feu.

Certaines exceptions pourront s’appliquer, notamment à Sainte-Marthe-sur-le-Lac. Pour l’ensemble du Québec, ce sont 813 municipalités qui sont visées par le décret.

Certaines interventions seront tout de même exclues de l’effet de gel, tels les quais, débarcadères, plateformes flottantes, gués, ponceaux et autres.

Présentement, les bâtiments dont l’eau a atteint le rez-de-chaussée, dont les fondations doivent être remplacées, dont des travaux de stabilisation doivent être effectuées ou dont les dommages dépassent 50 % de la valeur à neuf ne pourront pas être reconstruits.

Les propriétaires affectés pourront bénéficier du programme d’aide et obtenir jusqu’à 200 000 $ pour leur bâtiment et 50 000 $ pour leur terrain qui deviendra un terrain vague au terme de l’opération.

Une assemblée publique de consultation était prévue le 4 juillet à 19h au Centre de congrès de Rouyn-Noranda.

Carte ZIS Rouyn-Noranda inondation zone exclusion

©Capture d’écran ministère de l’Environnement et de la lutte contre les changements climatiques

Le lac Beauchastel de Rouyn-Noranda est ciblé par le décret.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média