Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 juillet 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Manifestation sur l’Harricana contre le gazoduc

Rassemblement pour la protection du célèbre cours d'eau

Gazoduq

©Illustration - Gazoduq

Le tracé préliminaire du gazoduc qui doit passer par l’Abitibi ne fait pas l’affaire de tout le monde.

Une partie de la population ne veut rien savoir du projet de conduite souterraine de gaz naturel de la compagnie Gazoduq qui doit passer par l’Abitibi pour relier le nord-est de l’Ontario et le Saguenay.

Les opposants au projet auront l’occasion de se faire entendre d’une façon toute particulière, ce dimanche, alors que le groupe de pression «Gazoduq, parlons-en!» tiendra une manifestation sur la rivière Harricana, entre la marina d’Amos et le quai de St-Maurice-de-Dalquier.

Cet événement, que les organisateurs appellent le 1er Grand rassemblement pour la protection de l’Harricana, doit se dérouler de 9h à 17h sous forme de trois activités gratuites et ouvertes à tout le monde : une manifestation navale et terrestre sur la célèbre rivière, ses berges et ses ponts; la descente de l’Harricana entre l’Agora naturelle d’Amos et le quai de St-Maurice; et un rassemblement au pied du pont couvert de St-Maurice.

«Le message qu’on entend partout en région est très clair : les gens de l’Abitibi ne veulent pas voir leur belle nature et le fleuve Harricana mis en danger par un pipeline d’hydrocarbures fossiles ultra polluants et sales de l’Alberta», soutient Rodrigue Turgeon, cofondateur du collectif régional ‘’Gazoduq, parlons-en!’’, qui dit s’appuyer sur des discussions avec plus de 150 personnes lors de quatre assemblées populaires tenues à Amos, Rouyn-Noranda, Val-d’Or et La Sarre.

«Un cheval de Troie qu’il faut arrêter!»

Affirmant que le gazoduc projeté croiserait le bassin versant de l’Harricana pour ainsi rendre ce cours d’eau vulnérable, les organisateurs du rassemblement invitent les participants à apporter leurs propres embarcations, bien qu’il sera possible d’emprunter gratuitement des canots et des kayaks.

L’invitation est lancée non seulement par «Gazoduq, parlons-en!», mais aussi par la Coalition Fjord, du Saguenay, et par le groupe «La Planète s’invite à l’Université», en tournée provinciale, qui prévoient déléguer plusieurs membres à la manifestation en guise de solidarité.

«Le projet Gazoduq ne peut qu’être porteur de mauvaises nouvelles. Les promoteurs pourraient très bien décider de convertir leur pipeline en oléoduc dédié au transport de sables bitumineux, avance Louis Collard, de La Planète s’invite à l’Université et co-organisateur de l’événement. Ce projet représente un risque indéniable pour les communautés et les régions visées. C’est un cheval de Troie et il faut l’arrêter!», renchérit-il.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média