Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

18 juillet 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Des chiens s’attaquent à deux enfants: trois mois de prison pour leur maître

Justice Val-d'Or

©Photo - Archives

L’affaire s’est réglée au palais de justice de Val-d’Or.

Ne pas attacher ses chiens agressifs ni les faire vacciner peut conduire leurs propriétaires en prison.

Un homme de 24 ans de Kitcisakik, Joshua Papatie, l’a appris à ses dépens cette semaine au palais de justice de Val-d’Or. Plaidant coupable à ces accusations, il a été condamné à trois mois d’emprisonnement pour négligence criminelle causant des lésions corporelles après que ses trois chiens de chasse de race husky, qui n’étaient pas en laisse au moment des événements, aient attaqué deux enfants sur la rue, en mars et en septembre 2017 à Kitcisakik.

Selon les faits présentés au tribunal, la première victime a été mordue trois fois au corps, a affiché des plaies importantes et en porte encore des cicatrices, en plus d’avoir été conduite à l’hôpital et de prendre des antibiotiques contre le tétanos, puisque les chiens n’étaient pas vaccinés. La deuxième victime a pour sa part été mordue au mollet et a aussi dû se rendre à l’hôpital pour recevoir des soins et des antibiotiques.

«Dans les semaines avant (le premier événement), des gens de Kitcisakik avaient été mordus deux autres fois par ces mêmes chiens, a signalé le procureure de la Couronne, Me Clara-Élodie De Pue. Ces chiens étaient entraînés pour la chasse à l’orignal, donc à pister et à cerner le gibier. Monsieur (Papatie) avait été avisé par les policiers d’attacher ses chiens et de les faire vacciner, mais les mesures n’ont pas été prises à ce moment-là», a-t-elle ajouté.

Publicité

Défiler pour continuer

Dossiers de violence

Assortie d’une probation surveillée de deux ans, cette peine de trois mois de détention, qui englobe plusieurs autres dossiers de l’accusé (y compris de violence), découle d’une suggestion commune soumise au tribunal par la Couronne et la défense, à la suite d’une entente intervenue entre Me De Pue et l’avocat de Joshua Papatie, Me Jean-Francis Bonnette, de l’Aide juridique.

Dans cette entente, Papatie a aussi plaidé coupable à une accusation d’avoir volontairement causé des souffrances inutiles à des animaux, soit ses chiens, en leur tirant dessus avec des balles de plomb. De plus, l’homme a plaidé coupable à deux accusations de bris de conditions et à des accusations de voies de fait contre deux femmes. Il était d’ailleurs détenu depuis le 17 juin dernier, à la suite de son arrestation pour voies de fait.

Bien qu’elle estimait la peine de prison peu sévère, la juge Renée Lemoine, de la Cour du Québec, a tout de même entériné la suggestion commune, considérant les traumatismes vécus par l’accusé durant son enfance et du cheminement qu’il a déjà entrepris pour régler ses problèmes de toxicomanie et de gestion de la colère, tel que souligné par Me Bonnette.

En thérapie

La probation de 24 mois stipule entre autres que Joshua Papatie devra garder la paix, ne pas molester, harceler ou intimider les deux plaignantes, et faire la preuve qu’il aura suivi avec succès une thérapie concernant la violence et la consommation de drogue, en plus de faire vacciner ses chiens et de les garder attachés en tout temps.

«Tout est en place pour que vous receviez l’aide dont vous avez besoin. Votre collaboration est essentielle. Faites confiance à votre agent de probation, qui est là pour vous guider», a mentionné la juge Lemoine à l’accusé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média