Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

25 juillet 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Homme de 66 ans accusé de deux infractions sexuelles

Sûreté du Québec

©Photo - Archives

La Sûreté du Québec a procédé à l’arrestation, jeudi, d’un homme de 66 ans relativement à des infractions de nature sexuelle qui se seraient produites à Val-d’Or.

Jean-Marie Bergeron, un Valdorien offrant des services de massothérapie, a comparu une première fois au palais de justice de Val-d’Or jeudi après-midi pour faire face à deux chefs d’accusation d’agression sexuelle, concernant deux plaignantes différentes, en mars 2019 pour le premier chef, en juin 2019 pour le second.

Puisque le suspect est accusé d’infractions punissables sur déclaration sommaire de culpabilité (et non par acte criminel), il sera passible d’une peine minimale de six mois d’emprisonnement et d’une peine maximale de 18 mois s’il est reconnu coupable de ce qu’on lui reproche (au criminel, les peines peuvent varier d’un an à dix ans de prison pour les infractions de nature sexuelle).

Jean-Marie Bergeron a été remis en liberté à la suite de sa comparution de jeudi, sous l’engagement de respecter une série de conditions, dont celle de ne pas se trouver seul en présence physique d’un client (d’une cliente), d’un patient (d’une patiente) ou d’un usager (d’une usagère) de ses services.

Publicité

Défiler pour continuer

La prochaine comparution de l’accusé devant le tribunal est prévue le 16 septembre. «Dans le cadre de cette enquête, puisque plusieurs victimes ont été identifiées, la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série, coordonnée par la Sûreté du Québec, a été déployée, indique-t-on dans un communiqué de la SQ.

«Il s’agit d’une structure de commandement unifiée au sein de laquelle les services de police québécois travaillent en partenariat afin d’identifier rapidement les crimes commis par des prédateurs et de procéder à leur arrestation, explique la SQ. Cette coordination provinciale permet donc une mise en commun des ressources policières et vise à mieux protéger les victimes», fait-on valoir.

La Sûreté du Québec rappelle que toute personne qui aurait de l’information au sujet de Jean-Marie Bergeron ou de ses agissements peut la transmettre de façon confidentielle à la Centrale de l’information criminelle, au 1 800 659-4264.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média