Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

27 juillet 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

La Northern Quebec Power renaîtra à travers leurs souvenirs

Récré-Eau des Quinze souligne un pan d’histoire

Northern Quebec Power

©Gracieuseté

Cette photo aérienne illustre bien l’envergure du petit village légendaire de travailleurs.

À peine l’avis de recherche était-il lancé le 25 juillet, pour inviter les anciens résidents de la petite communauté de travailleurs établis autour du barrage entre 1922 et 1965, qu’une dizaine de personnes avait déjà répondu à l’appel.

«En moins d’une heure, nous avions reçu une dizaine de réponses, s’est réjoui Jacques Larouche, membre fondateur de l’organisme. Notre rôle à Récré-Eau des Quinze, en collaboration avec Hydro-Québec et la Société d’histoire du Témiscamingue, est aussi de mettre le patrimoine qui se trouve aux abords de nos sentiers en valeur. La petite communauté comprenant plusieurs maisons occupées par les employés liés au barrage de la Northen Quebec Power situé à St-Eugène-de-Guigues fait partie de ce patrimoine.»

Selon les recherches effectuées et auxquelles, M. Larouche a eu accès, il s’agissait pratiquement d’un petit village où se trouvait même une petite école. Quatorze familles y vivaient en permanence. En plus de leurs habitations respectives, différents autres bâtiments tels une «cookerie», des écuries, des glacières, une maison d’invités, y avaient été érigés.

«L’électricité produite par la Northern Quebec Power, a permis d’alimenter le Témiscamingue, les mines de Cobalt en Ontario, et même une partie de l’Abitibi» - Jacques Larouche

Un événement pour tous

Les retrouvailles se tiendront sur le site du barrage Rapide-des-Quinze le 21 septembre entre 13 et 16 heures. Les résidents de l’époque et leurs familles sont principalement invités, mais il ne s’agit pas d’un événement fermé. «Tout le monde qui s’intéresse à l’histoire et au patrimoine est aussi bienvenu», a souligné M. Larouche.Tout au long de ces retrouvailles, des anecdotes et souvenirs des 14 familles qui y ont vécu y seront relatés. Également quelques invités bien au fait de l’histoire de cette époque y prendront la parole. «De plus, on y dévoilera une œuvre du village légendaire de la Northern Quebec Power créé par l’artiste abitibien Michel Villeneuve, a indiqué Jacques Larouche. Il s’agit d’une reconstitution conforme du village avec des légendes se rapportant à ce pan d’histoire.»

Northern Quebec Power

©Gracieuseté

Au fil du temps, le petit bourg s’est peu à peu transformé.

Beaucoup d’histoire

Dès 1909, des compagnies souhaitaient obtenir le pouvoir des rapides de la rivière des Quinze selon M. Larouche. «L’électricité produite par la Northern Quebec Power, a permis d’alimenter le Témiscamingue, les mines de Cobalt en Ontario, et même une partie de l’Abitibi, a-t-il relaté. Hydro Québec en a fait l’acquisition 1965. Depuis, les installations du barrage qui alimentait une centrale à 25 temps, ont pratiquement doublé.»

Nul doute que ces retrouvailles passionneront tous ceux qui y participeront.

 

Pour en savoir plus : Jacques Larouche (819) 723-2721 ou Réjean Goudreault au 819 723-2083 ou encore par courriel à contact@recre-eaudesquinze.qc.ca ou sur la page Facebook de Récré-Eau des Quinze

Commentaires

28 juillet 2019

Kenny Graham

Salut Jacques, Papa (Emmanuel Graham) a commencé son entraînement aux Rapides des Quinzes pour la Northern Quebec Power aux alentours de l'automne 1953 jusqu'à l'été 1954. Au cours de cet hiver là nous habitions, ma mère, mon frère aîné et moi, au deuxième étage de la maison blanche de la Ferme Richard (maintenant avicole) à Malartic. La Northern Quebec Power y exploitait une petite sub-station à 25 cycles dans ce temps là, dans le champ en arrière de la ferme. À la fin de son entrainement il a été transféré à la sub-station derrière la mine Noranda ou nous sommes déménagé sur la rue Pinder derrière le garage Bureau pour un hiver et à l'été suivant, sur la rue Gagné en face du collège classique. Papa, m'avait raconté que les turbines de la centrale des Quinzes étaient fabriquées avec des "shafts de bois et les bearings étaient faites avec du crin de cheval lubrifié à l'eau. De plus, dans le temps de la Northern..., une très grosse panne, durait normalement moins de 3 heures, hélas ce n'est plus le cas avec Hydro Québec depuis des années! Ha! Ha! On s'est grandement modernisé et amélioré; sauf pour le 60 cycles...et les lignes à 735Kv de Manic V...! En tout cas, ça m'a rappelé de bons souvenirs. Bonne chance avec votre projet! Ken

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média