Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

07 août 2019

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Iamgold citée à procès pour fraude au Burkina Faso

La mine Essakane est accusée d’avoir tenté de dissimuler plusieurs tonnes d’or dans des résidus miniers

Iamgold_mine_Essakane

©Iamgold

La mine Essakane d’Iamgold (photo) est notamment accusée d’avoir dissimulé de l’or dans des résidus miniers qui devaient être exportés au Canada pour y être traités. En Amérique du Nord, Iamgold opère la mine Westwood à Preissac.

La société minière Iamgold devra faire face à la justice du Burkina Faso, alors que sa mine Essakane est accusée d’avoir tenté de dissimuler de l’or à travers un résidu minier qui devait être expédié au Canada pour y être traité.

L’affaire remonte à décembre 2018. La Brigade nationale anti-fraude (BNAF) avait alors saisi 32 conteneurs contenant du charbon fin. Or, comme l’a rapporté le média Voice Of America – Afrique (VOA-Afrique), des traces d’or auraient été clairement aperçues dans le charbon qui, avait-on précisé, devait être expédié au Canada. Selon VOA-Afrique, les sources officielles auraient évoqué l’équivalent d’environ 300 kilos d’or. Cependant, d’autres sources ont plutôt parlé d’une quantité avoisinant les six tonnes.

Des soupçons de fraude se sont alors mis à peser sur Iamgold Essakane comme quoi la société minière aurait tenté de dissimuler de l’or dans le charbon pour le faire traiter au Canada afin d’éviter de payer des redevances au Burkina Faso.

Procédé normal

Publicité

Défiler pour continuer

À la fin mai, Iamgold a convoqué les médias burkinabés pour justifier la présence de l’or dans le charbon en poudre. La mine Essakane utilise en effet du charbon activé pour capturer les particules fines d’or qui ont échappé aux procédés classiques de récupération du précieux métal. Un tamis sépare alors le charbon grossier du charbon fin. Ce dernier est ensuite expédié vers une fonderie pour récupérer l’or qu’il contient.

De 2016 à janvier 2018, l’incinérateur a ainsi récupéré 155 kilos d’or, a précisé le webmédia Burkina24, citant le directeur général de la mine, Mohammed Ourriban. À partir de janvier 2018, l’usine d’Essakane a fait l’objet de plusieurs travaux pour en améliorer l’efficacité, ce qui aurait eu pour conséquence d’accumuler le charbon fin et les autres résidus, d’où le recours à l’exportation pour son traitement.

Fraude et blanchiment de capitaux

La BNAF avait fini par conclure qu’il n’y avait pas eu de fraude à la commercialisation de l’or. Cependant, le 6 août 2019, le Procureur général de la Cour d’appel de Ouagadougou a estimé que le BNAF avait mal interprété certains articles du Code minier du Burkina Faso.

À la suite des auditions, Iamgold Essakane et la société française Bolloré transports et logistics Burkina Faso ont été citées à procès. Les infractions qui leur sont reprochées sont: «fraude en matière de commercialisation de l’or, blanchiment de capitaux, exportation illégale de déchets dangereux, faux et usage de faux».

Douze personnes membres du personnel des deux sociétés, mais aussi de la Direction générale des mines et de la géologie, du Bureau des mines et de la géologie du Burkina (BUMUGEB) et de la Direction générale des douanes sont aussi visées par ces accusations.

Procès reporté en octobre

Iamgold Essakane, Bolloré et les 12 personnes accusées devaient comparaître le 7 août devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou. Les avocats de la défense ont cependant obtenu un report au mois d’octobre afin de prendre connaissance de tous les éléments de preuve inclus dans le dossier.

L’avocat d’Iamgold Essakane a cependant assuré que son client avait agi dans les règles de l’art. «Pour nous, il n’y a pas de fraude. Les droits de l’État ont été payés normalement. L’or a été estimé par tous les techniciens du BUMUGEB, du ministère des mines et d’Essakane. Et ce ne sont pas des techniciens au rabais», a-t-il fait valoir, selon les propos rapportés par Burkina24.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média