Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

09 août 2019

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Dany Sabourin: nourri par la flamme de l’enseignement

Dany Sabourin - Transition Pro 35

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Dany Sabourin lors de son camp estival pour les gardiens de but.

HOCKEY - Ancien gardien de but professionnel pendant 17 ans, le Valdorien Dany Sabourin se réjouit maintenant de sa deuxième carrière dans le monde du hockey en formant la nouvelle génération de portiers, laquelle tentera de suivre ses traces pour atteindre les grandes ligues.

Rencontré pendant son camp pour les jeunes gardiens de la région, l’ancien choix de 4e tour des Flames de Calgary en 1998 se plaît beaucoup à partager ses connaissances et son expérience depuis qu’il a accroché ses jambières en 2016-2017, alors qu'il jouait à Rouen dans la Ligue Magnus en France. 

En plus d’être à l’emploi des Huskies de Rouyn-Noranda depuis deux saisons, Sabourin a lancé Transition Pro 35, son propre service d’entraînement de gardiens de but. Celui-ci offre des activités tout au long de l’année grâce à des entraînements sur une glace synthétique à l’école Le Transit. 

«C’est le fun de voir les jeunes grandir et se développer en tant que gardiens de but. Ils ont tous les yeux ronds et grands ouverts quand ils t’écoutent. Ils appliquent ce que tu leur enseignes. Voir que ça fonctionne, c’est un peu ma paie, en fin de compte», a souligné le hockeyeur de Val-d’Or. 

Publicité

Défiler pour continuer

Bénéfices mutuels 

Même si ce n’est pas toujours la même dynamique qu’avec ses deux protégés à Rouyn-Noranda, Sabourin estime que son temps avec ses jeunes élèves l’aide à devenir un meilleur entraîneur avec les Huskies. 

«J’apprends des choses avec n’importe quelle tranche d’âge. Avec les plus jeunes, tu dois trouver des moyens pour qu’ils réussissent le mouvement demandé. Certaines fois, les plus vieux l’ont déjà, donc tu ne te casses pas la tête pour trouver quelle technique de leur corps il faut changer. Tu te forces à trouver des idées, des outils et des solutions pour les aider», s’est exprimé celui qui a joué trois saisons à Sherbrooke lors de son passage dans la LHJMQ. 

Aller toujours plus loin 

Spectateur privilégié de la dernière saison de rêve des Huskies de Rouyn-Noranda, Dany Sabourin aura laissé son empreinte dans cette conquête de la Coupe Memorial. 

Sous sa gouverne, les gardiens Samuel Harvey et Zachary Emond ont tout simplement été impériaux en blanchissant leurs adversaires à 11 reprises au cours de la saison régulière. À lui seul, Emond compte sept blanchissages, ce qui égalait le record en une saison dans le circuit Courteau. Malgré tout ce succès, l’instructeur avoue qu’il a été défié par ses poulains. 

«Ils m’ont poussé à devenir un meilleur entraîneur avec leurs questions: Pourquoi on fait cela? Tu me demandes un truc, mais encore? Qu’est-ce qui explique cet exercice? Il fallait toujours que j’aille plus loin dans mes idées pour continuer à progresser. En évoluant, ils m’ont permis de me développer», a raconté celui qui a remporté les grands honneurs en France, en 2015-2016. 

Souvenir inoubliable 

Évidemment, sa présence à Halifax pour le tournoi de la Coupe Memorial aura été un moment des plus marquants dans cette campagne 2018-2019. 

«C’est un tournoi qui est long, mais qui se déroule rapidement. Tu joues un match, tu as une journée de repos le lendemain et tu rejoues par la suite. On est constamment dans le coaching. Il n’y a pas beaucoup de répit. On a vécu une superbe expérience et Halifax a fait un super boulot du côté de l’organisation», a avoué Sabourin. 

Plus haut possible 

Après avoir goûté quelque peu à la LNH en tant que cerbère, à Calgary, Pittsburgh et Vancouver, Sabourin ne cache pas qu’il souhaite retourner dans les plus hautes sphères du hockey comme entraîneur. Pourtant, au début, il revenait en Abitibi-Témiscamingue pour y trouver une stabilité et s’occuper de sa famille. Cependant, les derniers mois ont ravivé la flamme dans l’esprit du Valdorien. 

«Je dirais que depuis Noël l’an dernier, c’est devenu plus clair que je veux devenir un entraîneur professionnel. Je crois que chaque saison est une chance de grandir et de s’améliorer. C’est ce que je souhaite faire tous les jours. L’an passé, avec le succès qu’on a connu en tant qu’équipe, je crois que ça peut m’aider à atteindre mes objectifs», a conclu Dany Sabourin. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média