Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

26 août 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

La ministre Charest veut faire bouger plus de gens

Elle a rencontré des élus et acteurs du loisir et du sport de la région

Isabelle Charest viste Abitibi

©gracieuseté

Isabelle Charest pose en compagnie des élus qui ont assisté à sa rencontre au Complexe sportif Desjardins d’Amos.

POLITIQUE. De passage le 23 août, la ministre déléguée à l’Éducation Isabelle Charest a présenté le nouveau programme d’infrastructures des équipements sportifs qu’elle déposera à l’automne, tout en prenant le pouls des élus et des acteurs du loisir et du sport. Son objectif: faire bouger encore plus de gens.

Il s’agissait du deuxième arrêt de la ministre Charest dans sa tournée des régions qui s’était amorcée la veille en Outaouais. Elle a d’abord tenu une rencontre avec des élus au Complexe sportif Desjardins d’Amos, puis a visité de nouvelles infrastructures sportives à Senneterre (voir l’encadré) et à Val-d’Or, où elle a pu rencontrer une vingtaine de partenaires en loisir et sport.

«On va bientôt arriver avec un programme comportant des montants considérables en infrastructures sportives. On veut avoir un partage de visions, mettre tous les acteurs ensemble pour avoir une cohésion et utiliser les ressources dont on dispose de façon maximale», a-t-elle expliqué.

«Elle vient expliquer comment va fonctionner le programme et quels seront les critères de sélection. Ça va permettre à tout le monde d’être au même diapason, pour être sûr de bien connaître les critères et déposer des projets qu’on espère voir se réaliser en Abitibi-Témiscamingue», a fait valoir le ministre régional Pierre Dufour.

En mode écoute

La ministre Charest s’est dit en mode écoute, afin de bien connaître les besoins et les particularités de chacune des régions qu’elle visitera durant sa tournée.

«On veut voir comment on pourrait contrer les obstacles à la participation aux activités physiques et de loisirs dans chaque région. On veut s’assurer de répondre aux besoins spécifiques de chacun. Comment pourrait-on partager les infrastructures ou les répartir pour nous assurer de répondre aux besoins de chacun? On veut écouter les gens et les impliquer, parce que c’est pour eux qu’on le fait et ils sont les mieux placés pour nous dire comment on peut y arriver», a souligné Isabelle Charest.

Faire bouger

Ces rencontres la guideront aussi dans la préparation des programmes et des politiques de son ministère en matière d’activité physique et de loisir. Ce qu’elle souhaite, c’est faire bouger le plus de gens possible.

«On a une masse critique de gens qui font déjà de l’activité physique, dont les besoins sont… je ne dirais pas comblés, mais rencontrés, parce qu’ils ont l’offre qui correspond à ce qu’ils veulent. Mais ceux qui ne bougent pas, comment peut-on aller les chercher? Qu’est-ce qu’on pourrait leur offrir qui ferait en sorte qu’ils soient plus actifs?», demande la ministre Charest, qui espère trouver des réponses avec sa tournée.

 

 

 

3,1 M $ pour la piscine de Senneterre

Lors de son passage à Senneterre, la ministre Isabelle Charest a réitéré l’engagement pris par le gouvernement précédent dans le projet de construction d’une piscine à la hauteur de 3,1 M $. La Ville de Senneterre a profité de l’occasion pour demander à la ministre de plutôt fixer la contribution du gouvernement à 50 % des coûts réels du projet, craignant un écart avec les estimations. Isabelle Charest a aussi visité le Club de curling, dans lequel le gouvernement a investi 205 230 $ pour le renouvellement du système de réfrigération. On a aussi souligné l’implication financière du ministère de l’Éducation (104 137 $) dans l’amélioration des sentiers du secteur du Mont-Bell.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média