Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

28 août 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Deux jours à honorer la langue anicinabe au Témiscamingue

Kebaowek accueillera la deuxième édition du rassemblement Miaja

Richard Kistabish

©Gracieuseté

Les 12 et 13 septembre, la communauté de Kebaowek, située dans le sud du Témiscamingue, accueillera le deuxième Miaja, un rassemblement sur la langue anicinabe organisé par Minwashin, un organisme dédié à la promotion des arts et de la culture de cette communauté.

«Nous voulons non seulement célébrer la langue anicinabe pour ce qu’elle est en tant que base de notre identité et de notre culture, mais nous souhaitons également nous asseoir ensemble pour discuter de l’urgence d’agir pour la préserver et des solutions qui nous permettront de la revitaliser», a déclaré Richard Kistabish, président de Minwashin.

Un menu complet

Les activités seront proposées au Centre communautaire de Kebaowek. Elles s’échelonneront sur deux jours, débutant à midi le 12 septembre par le lancement de Ninawit, une série d’émissions de TVC9 sur l’histoire des Anicinabek. À 17 h de la même journée, la projection en primeur d’un court-métrage en langue anicinabe réalisé par Kevin Papatie et coproduit par Minwashin et Wapikoni Mobile sera proposée aux participants.

«Nous voulons, non seulement célébrer la langue anicinabe, mais nous souhaitons également nous asseoir ensemble pour discuter de l’urgence d’agir pour la préserver et des solutions qui nous permettront de la revitaliser» - Richard Kistabish

Quatre blocs d’ateliers sur la langue anicinabe, passant par la langue en tant que telle, les façons d’y intéresser les jeunes, l’utilisation d’outils numériques et la manière d’en faire la promotion, ponctueront ces deux journées d’activités. Ceux-ci seront intercalés entre des présentations d’art traditionnel et deux spectacles, l’un par des artistes anicinabe, l’autre par Émile Proulx-Cloutier, en clôture de l’événement.

Année des langues autochtones

Les chefs Lance Haymond, de Kebaowek, et Lisa Robinson, de Wolf Lake First Nation, se sont associés pour présenter l’événement. Ils s’entendent pour dire que sa tenue est essentielle pour aider à maintenir le lien entre les communautés et leurs aînés, leur peuple, leur culture et leur territoire.

«Cette année a été déclarée l’Année internationale des langues autochtones par l’Unesco, et les efforts de revitalisation de la langue sont essentiels pour le peuple anicinabe. Le thème de l’événement Miaja, ʺHonorer la langue anicinabeʺ, nous apparaît donc d’autant plus pertinent», ont-ils tous deux convenu.

Ces deux communautés, où la langue anicinabe est particulièrement en péril, ont saisi l’occasion de souligner l’urgence de protéger leur langue en collaborant avec Minwashin pour la tenue de cet événement hors du commun.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média