Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

03 septembre 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Une édition presque parfaite

17e édition du FME

FME Les Soeurs Boulay

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les sœurs Boulay faisaient un retour sur scène lors du FME. Les festivaliers ont même pu acheter en primeur leur troisième album, qui doit être mis en vente au cours du mois de septembre.

Deux jours après la fin du Festival de musique émergente, sa directrice générale, Magalie Monderie Larouche, était encore emballée par la 17e édition, qui a animé Rouyn-Noranda du 29 août au 1er septembre. 

Pour Mme Monderie Larouche, cette édition du FME était presque parfaite. «La seule anicroche, c’est la pluie du jeudi. Ça nous a fait bien de la peine. Quand le seul problème que tu as eu au cours de l’événement, c’est la pluie, on peut dire qu’on est fier», a-t-elle indiqué, lors d’une entrevue accordée le 3 septembre. 

Au cours du long week-end de la fête du Travail, 112 concerts dans 37 lieux différents à travers la ville ont pu être appréciés par les festivaliers. Au total, 33 500 entrées ont été enregistrées. 

«On a acquis une belle reconnaissance au niveau national et international dans le milieu de la musique. Après 17 ans, on réussit encore à maintenir l’intérêt pour notre festival. Voir près de 4000 personnes dans la rue pour assister à un de nos spectacles, c’est magique», a rappelé Magalie Monderie Larouche. 

Les festivaliers, comme les médias et les artistes présents, sont venus d’un peu partout sur la planète pour vivre leur passion de la musique à fond. «On a su attirer des artistes du Canada, de la France, de la Suisse, du Brésil, du Chili, des États-Unis et même du Japon», était-il souligné dans le communiqué du FME

«Quand le seul problème que tu as eu cours de l’événement, c’est la pluie, on peut dire qu’on est fier» - Magalie Monderie Larouche 

Place au hip hop 

La programmation extérieure sur la 7e Rue du jeudi et du vendredi soir a été consacrée essentiellement à la musique hip hop. «Ça fait déjà plusieurs années qu’on a deux soirées hip hop, mais avant, elles avaient lieu au Paramount. Maintenant, le hip hop est devenu un incontournable et c’est ce que la jeunesse recherche. On veut faire plaisir à tout le monde et faire en sorte que tous ces jeunes aient accès aux spectacles. Je peux vous dire qu’on va revoir du hip hop sur la scène extérieure au FME», a assuré Mme Monderie Larouche. 

Victime de son succès 

Le FME a tenté une nouvelle expérience en programmant quelques spectacles à l’intérieur du Garage Rheault, un endroit qui avait déjà accueilli plusieurs shows surprises. Le nombre de places très limité à l’intérieur du garage a cependant créé du mécontentement chez plusieurs festivaliers, qui ont attendu parfois plus d’une heure, sans pouvoir assister au concert.  

«Ça s’est trop bien passé. Beaucoup de personnes ont voulu assister aux spectacles d’Émile Bilodeau, qui a fait une heure de plus que prévu, et de Bernard Adamus. Les personnes qui ont pu y assister ont vraiment été choyées. C’est sûr qu’il y avait plus de personnes qui voulaient assister aux spectacles qu’il y avait de places disponibles, mais nous avions une bonne programmation ailleurs sur le site et il était tout de même possible d’assister à des spectacles de qualité même si on n’accédait pas à un de ceux-là en particulier», a fait valoir Magalie Monderie Larouche. 

«On voulait créer une nouvelle exclusivité et c’était un choix de la programmation de se dire qu’on créait un espace de spectacle gratuit avec un nombre de places limité», a-t-elle ajouté. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média