Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 septembre 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Trois heures par jour pour un aller-retour Poularies-La Sarre

Le transport scolaire d’une jeune fille de Poularies est devenu une corvée quotidienne

Transport scolaire autobus scolaire

©Photo L'Éclat / Le Citoyen - archives

Depuis la rentrée scolaire, la fille d’Éric Charrette doit passer 15 heures par semaine enfermée dans un autobus scolaire.

Depuis la rentrée scolaire, la fille d’Éric Charrette doit passer trois heures par jour dans l’autobus pour faire un trajet qui ne devrait prendre que 40 minutes.

La fille d’Éric Charrette a fait ses trois premières années de secondaire à l’école de Macamic. Puisque l’école Le Séjour de Macamic n’offre que les niveaux 1, 2 et 3 du secondaire elle a dû transférer à la Polyno de La Sarre pou terminer ses deux dernières années. Or, le transport scolaire vers La Sarre la ramasse à 6 h 55 le matin pour arriver à la Polyno vers 8h25. En fin de journée, le transport part de la Polyno vers 16h30, faisant en sorte qu’elle arrive chez elle à 18 heures.

«Je trouve ça plate pour elle et pour les autres enfants, a affirmé Éric Charrette. Ça lui fait trois heures d’autobus par jour alors qu’on habite à 20-25 minutes de la polyvalente.»

Puisqu’il travaille à Rouyn-Noranda, Éric Charrette ne peut pas aller porter sa fille lui-même à l’école.

D’après ce qu’il comprend du trajet de l’autobus, celui-ci fait le tour de Poularies, suivi de Macamic et ramasse également des enfants sur le chemin de La Sarre. Il dépose ensuite des jeunes à différentes écoles. «Il y a des jeunes de tous les âges, incluant des jeunes du primaire, mais cette année les jeunes du primaire ont 20 minutes de plus de récréations donc ça donne des départs plus tôt et des retours plus tard», a-t-il affirmé.

Des semaines de 55 heures

«Ce que je trouve plate dans ça, c’est qu’à cause du transport ma fille va se taper des semaines de 50-55 heures, c’est plus que ce que les parents fonts, a lancé Éric Charrette. Ils arrivent à la maison et ils sont déjà brûlés. Mais là ils n’ont pas encore mangé, ne se sont pas lavés ni fait leurs devoirs.»

Selon lui, cette situation va contribuer à l’épuisement des élèves et risque d’avoir des effets sur les résultats scolaires de sa fille.

Malheureusement, la Commission scolaire du Lac-Abitibi n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.

Commentaires

5 septembre 2019

Isabelle Lacroix

C’est désolant et tout ça est une conséquence direct des récréations imposées par notre gouvernement. Il y aura des ajustements j’en suis certaine ... ce n’est pas une tâche facile de refaire tous les trajets des transports en même temps..... je vous souhaite et suis certaine que le transporteur et la csdla trouvera une solution. C’est en communicant qu’on trouve des solutions.

6 septembre 2019

Claude Laforest

Les transports scolaires n'ont pas le choix de le faire ainsi. Quand on décide d'habiter dans des villages avoisinant il faut réfléchir à tout ça avant de le faire. Les gens aujourd'hui se plaignent de tout et de rien. Si un jour elle va à l'université selon sont choix ce sera la meme chose avec les transports publics. En plus les jeunes ont la chance aujourd'hui d'avoir avec eux leur tablette ou leur cellulaire pour se tenir occupé durant le trajet ou au mieux faire leurs études et devoirs. Cessez de vous plaindre alors qu'on a tout a notre porté.

6 septembre 2019

Marc Vallières

Étant natif de Laferté en Abitibi-Ouest, j'ai dû subir ce supplice pendant quelques années. Je me demandais pourquoi le tôt de décrochage scolaire était aussi élevé dans notre village. Avec le recul on comprend un peu mieux!!

6 septembre 2019

Pierrette Deschamps

Je trouve sa inhumain de faire subir des transports aussi de bonne heure.vous vouler pas que les enfants sen sorte ,ses pas catholique sa

6 septembre 2019

Eric charette

Effectivement en habitant en village il faut s attendre a ce genre de situation mais de la a prendre l autobus 2 hr avant le debut des cours c carrément exagéré. C pas pcq on habite a 30 km ou 25 min d auto qui faut se faire barouetter en autobus pendant 1.5 hr a tout les matin !! Y as toujours ben des limite!!!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média