Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

14 septembre 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Refuge Pageau: l’orignal Hope tient le coup

Le succès de sa remise en liberté se confirme

Orignal Hope Refuge Pageau

©gracieuseté - Marie-Frédérique Frigon

L’installation du collier émetteur à Hope, en novembre 2017, lors de sa remise en liberté.

FAUNE. Le succès de la remise en liberté de l’orignal Hope par le Refuge Pageau continue de se confirmer.

En effet, près de deux ans après avoir retrouvé sa liberté (novembre 2017) à Champneuf, la femelle orignal orpheline a été revue en juillet dernier dans le même secteur, soit à La Morandière.

«Elle avait perdu son collier émetteur en février 2018, puis on n’avait jamais eu d’autres nouvelles depuis. La bonne nouvelle à l’époque, c’était qu’on avait seulement retrouvé le collier, sans original mort. Elle avait donc survécu à son premier hiver en liberté», raconte Félix Offroy, codirecteur du Refuge Pageau.

On sait maintenant qu’elle a aussi survécu à son deuxième hiver, celui-ci particulièrement enneigé, après qu’un résident de La Morandière l’eut aperçu cet été. «La personne a vu une belle grosse femelle orignal avec son étiquette orange à l’oreille. Elle est non seulement toujours en vie, mais elle semble en parfaite forme», souligne M. Offroy.

Pas d’imprégnation

La réaction de Hope quand elle a été vue confirme aussi qu’elle craint l’Homme, ce qui est en grande partie la clé du succès de cette remise en liberté. Le Refuge avait pris toutes les précautions nécessaires en la soignant dans un enclos de réhabilitation isolé, sans contact direct.

«Quand elle a vu un humain, elle ne s’est pas approchée. Elle a eu peur. Elle avait aussi été relâchée dans un secteur où il y a des habitations tout près. Si elle avait eu à s’approcher, elle l’aurait fait il y a longtemps. Ça vient démontrer assez clairement qu’il n’y a pas eu d’habituation ni d’imprégnation de l’humain», estime Félix Offroy.

Première au Québec

Ce dernier rappelle que le succès de cette réhabilitation d’un orignal pour sa remise en liberté est d’abord le fruit des enseignements du fondateur du Refuge, Michel Pageau. Il avait notamment réalisé qu’on pourrait relâcher cet animal si on n’avait pas à lui donner le biberon à son arrivée (sevrage vers l’âge de 1 mois, l’âge qu’avait Hope quand elle a été récupérée par des agents de conservation de la faune en juin 2017) et qu’on évite ainsi son imprégnation.

«Par exemple, on en a deux qui sont arrivés ici trop jeunes cette année. Mais Hope, on a pu la mettre tout de suite dans un enclos pour cervidés qu’on avait aménagé exprès. On l’a nourrie à la cachette et on l’a observée à distance avec une caméra de chasse. On n’a jamais eu de contacts avec elle. À ma connaissance, c’est la première fois qu’un orignal qui passe par un centre de réhabilitation est remis en liberté avec succès au Québec. Pour l’équipe du Refuge, elle vraiment un symbole de fierté. Et l’enclos est toujours prêt si l’occasion se représente», affirme Félix Offroy, qui aimerait bien répéter ce succès.

Ne pas la chasser

Hope traversera cet automne une autre épreuve, celle de la période de la chasse à l’orignal. Si son prélèvement était interdit l’an dernier en vertu du plan de gestion de l’orignal, la chasse aux femelles sera permise cette année.

Le Refuge Pageau espère que les chasseurs l’épargneront. «S’il croient voir une étiquette, on parle quand même d’une grosse boucle d’oreille orange, ce serait vraiment super qu’ils ne l’abattent pas. On aimerait lui laisser la chance d’avoir des veaux. Et si jamais elle est abattue, on aimerait que les gens la déclarent au ministère de la Faune», conclut Félix Offroy.

Commentaires

15 septembre 2019

Michel Beaucage

Excellente initiative. Bonne chance HOPE et ne finit pas dans le poêlon.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média