Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

17 septembre 2019

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

La Fonderie Horne demeure le principal pollueur au Canada

La situation s’est cependant améliorée à Rouyn-Noranda

Fonderie Horne Pollution

©Archives - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

La Fonderie Horne demeure l’un des plus grands pollueurs au Canada en termes d’arsenic et de plomb. Elle a cependant diminué de façon notable ses émissions et fait bonne figure au niveau de l’acide sulfurique, du dioxyde de souffre, de l’oxyde d’azote et des particules totales.

La Fonderie Horne demeure toujours, depuis 1997, le principal pollueur au Canada. En effet, selon l’Inventaire national des rejets des polluants du Gouvernement du Canada, l’usine occupe le haut de la liste dans son secteur industriel. 

En 2017, le complexe rouynorandien a rejeté dans l’air plus de 14 000 kilogrammes d’arsenic et plus de 88 000 kilogrammes de plomb. À ces nombres s’ajoutent plus de 18 000 tonnes de dioxyde de soufre, le principal polluant responsable des pluies acides. 

Fonderie Horne Pollution plomb

©Inventaire national des rejets des polluants du Gouvernement du Canada

Depuis 1997, les émanations de plomb restent élevés malgré une importante diminution.

Des améliorations et des dégradations 

Selon notre compilation, réalisée pour les cinq dernières années, ainsi que les années 2007 et 1997, la Fonderie Horne a tout même amélioré certains problèmes. 

Fonderie Horne Pollution arsenic

©Inventaire national des rejets des polluants du Gouvernement du Canada

Depuis 2007, la Fonderie Horne a réduit ses émissions d'arsenic dans l'air ambiant de 35% depuis 2007.

La baisse la plus importante se situe dans le plomb. En 1997, plus de 213 000 kilogrammes de plomb avaient été rejetés dans l’atmosphère et dans les sols de Rouyn-Noranda. En 2014, la diminution avait atteint son seuil le plus bas, soit près de 42 000 kilogrammes. Le portrait s’est ensuite détérioré au cours des dernières années, alors que les rejets ont doublé, atteignant près de 88 000 kilogrammes lors de la dernière année de référence.

Au niveau de l’arsenic, la Fonderie Horne a réduit ses émissions de 75,9 % depuis 1997, passant de 61 000 kilogrammes à 14 708 kilogrammes en 2017. 

Fonderie Horne Pollution Acide Sulfurique

©Inventaire national des rejets des polluants du Gouvernement du Canada

La Fonderie Horne fait belle figure en matière d'émissions d'acide sulfurique au Canada.

Les émissions de dioxyde de soufre se sont, pour leur part, maintenues entre 13 000 et 18 000 tonnes depuis 2007. 

Les rejets d’acide sulfurique, d’oxyde d’azote et d’autres particules ont tous diminué au cours des dernières années. 

Fonderie Horne Pollution azote

©Inventaire national des rejets des polluants du Gouvernement du Canada

Les émanations d'oxyde d'azote sont en réduction constante depuis 2007.

Maintien dans le soufre 

Si les émissions de dioxyde de soufre se sont maintenues, il faut mentionner que la Fonderie Horne fait néanmoins bonne figure à ce chapitre quand on la compare à d’autres usines d’un type similaire. 

Fonderie Horne Pollution Soufre

©Inventaire national des rejets des polluants du Gouvernement du Canada

Les émissions de dioxyde de soufre de la Fonderie Horne sont très loin de celle du Vale Canada Copper Cliff Smelter.

Le Sudbury Integrated Nickel Operations Smelter de Glencore Canada et le Vale Canada Copper Cliff Smelter, respectivement situés à Falconbridge et à Copper Cliff, deux agglomérations du Greater Sudbury, en Ontario, ont dégagé dans l’environnement respectivement 25 000 kilogrammes et 80 000 kilogrammes de dioxyde de soufre en 2017. Dans le cas de celle de Copper Cliff, on note une diminution de plus de 60 000 kilogrammes entre 2016 et 2017. 

La Fonderie Horne offre aussi un meilleur visage, alors qu’elle est l’entreprise qui relâche le moins d’acide sulfurique dans l’air, les sols et l’eau. Elle se distingue aussi au niveau de l’oxyde d’azote et des particules totales face à certaines des autres fonderies. 

Très loin des autres fonderies 

Si les autres complexes métallurgiques sont principalement des fonderies de nickel et que la Horne se distingue dans quelques champs, elle reste cependant le plus grand pollueur. 

Fonderie Horne Pollution particules

©Inventaire national des rejets des polluants du Gouvernement du Canada

L'entreprise située à Rouyn-Noranda émet moins de particules totales dans l'air que d'autres entreprises situés en Ontario.

En effet, elle relâche souvent le double d’arsenic dans l’air par rapport aux autres usines. En ce qui a trait au plomb, l’entreprise de Rouyn-Noranda est de loin le plus important pollueur. Le plus proche est la fonderie de Copper Cliff, qui a relâché 23 018 kilogrammes de plomb dans l’environnement en 2017. Durant la même année, la Fonderie Horne en avait émis 88 019 kilogrammes, soit presque quatre fois plus. 

Commentaires

16 septembre 2019

Denis Perreault

La je ne comprends pas les gens l'usine la plus polluante du Canada en plein centre ville de Noranda qui envoie dans l'air plusieurs produits chimiques et y manifeste contre le gazoduc de gaz naturel qui vas traverser une partie de l'Abitibi pour ce rendre au Lac St Jean c'est presque 850 kilomètres de tuyaux enfouis sous terre beaucoup moins dangereux que le transport par camions ou par trains c'est la manière la plus sécuritaire.en plus y en a déjà du gaz naturel en Abitibi et depuis 1994 qui en as que ce soit à Val'dor Amos Rouyn Noranda et à ma connaissance y personne de mort ou empoisonné par le gaz naturel et ça fait 25 ans mon opinion personnel y a du monde qui écoute trop la télé et ce fit à ce que les réseaux sociaux écrivent arrêté donc de faire peur aux gens

17 septembre 2019

Paul Marchand

C'est pas en 1994 que le gaz naturel est arrivé. C'est la depuis le début des années 1960 pour les particuliers. Rouyn-Noranda était seule a l'avoir car minéraux noranda l'utilisait a tres grande échelle. Rouyn-Noranda ne serait pas ce qu'elle est maintenant avec 44000 habitants sans minéraux noranda (maintenant glencore).

18 septembre 2019

Michael Lapointe

M.Marchand, donc ça leur donne un billet gratuit pour scrapper l'environnement et la santé des gens qui habitent la ville ? La traite d'esclaves est à l'origine de bien des grandes villes aux États-Unis... On n'est plus au moyen âge et il est temps que cette problématique soit sérieusement considérée. Je crois que bien des organisations (Ville de Rouyn-Noranda, DSP, Fonderie etc.) s'exposent à de sérieux recours collectifs dans cette histoire.

18 septembre 2019

Guy Bolduc

D'accord avec M. Marchand, Rouyn-Noranda ne serait pas devenue capitale régionale sans l'apport de la Noranda! Je déplore cependant le fait que cela ce soit fait sans respect de la population durant environ les soixante premieres années d'exploitation de l'usine et de la mine! Par contre, quand on remarque les efforts mis de l'avant pour limiter les effets des opérations è l'environnement depuis les années 90, il faut reconnaitre que des pas de géants ont étés accomplis. Il faut continuer de mettre de la pression pour atteindre un niveau de contrôle responsable et acceptable de la part des propriétaires actuels de la fonderie. J'aimerais aussi que les médias soient moins tape à l'oeil et plus équitables avec leurs propos et leurs titres. Je suis convaincus que la fonderie de Sudbury est de loin la championne polluantes devant celle de Noranda! Il y a eu beaucoup plus d'innovations faites ici au lieu de simplement construire une "SUPERSTACK" afin de permettre aux émissions de Sudbury de se rendre parfois jusqu'ici à Rouyn-Noranda!

20 septembre 2019

peut pas.

Les employer son tenue pas faire aucun commentaire sur les réseaux sociaux et de parler de ce sujet en famille et amis,car il vons avoir des journée off et un belle tache a son dosier.un jour cet personne va conté un bon chapitre de sa vie a la fonderie Horne.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média