Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

18 septembre 2019

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Alcool et volant: ça ne passe plus en Abitibi-Témiscamingue

La consommation excessive d’alcool a elle aussi reculé

Police_alcool_volant

©L'Éclat/Le Citoyen - Archives - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

La fréquence importante de barrages policiers en Abitibi-Témiscamingue par rapport aux autres régions pourrait expliquer en partie l’adoption de comportements responsables par rapport à l’alcool au volant.

L’Abitibi-Témiscamingue continue de trôner au sommet du palmarès des conducteurs les plus responsables en matière d’alcool au volant. Par contre, les gens respectent de moins en moins les limites raisonnables lorsqu’ils consomment de l’alcool.

C’est ce que révèle l’édition 2019 du rapport d’ÉducAlcool sur la consommation d’alcool, un document publié aux deux ans à partir de données récoltées par la firme de sondage CROP auprès de 6700 répondants à travers 16 des 17 régions du Québec (à l’exception du Nord-du-Québec).

Responsables au volant

L’Abitibi-Témiscamingue se maintient ainsi au 2e rang des régions où les conducteurs adoptent des comportements responsables en matière d’alcool au volant. Elle conserve la position qu’elle occupait en 2017 et en 2015. Elle n’est devancée, à cet égard, que par la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Le portrait s’est aussi amélioré en matière de modération. Ainsi, alors qu’en 2017, elle était la région où l’on consommait le plus d’alcool de façon excessive (cinq verres ou plus lors d’une même occasion), l’Abitibi-Témiscamingue est montée au 10e rang des 16 régions étudiées en 2019.

À cause des policiers?

Parallèlement, l’Abitibi-Témiscamingue demeure encore au 1er rang des régions où la Sûreté du Québec établit le plus de barrages policiers et où les conducteurs en traversent le plus fréquemment. Elle occupait déjà cette position en 2017 et en 2015.

On respecte moins nos limites…

Sur une note plus négative, la région a reculé de plusieurs points en ce qui a trait au respect des limites recommandées de consommation quotidienne de verres d’alcool, passant du 4e rang en 2017 au 11e rang en 2019, ex aequo avec les régions de la Capitale-Nationale et de la Mauricie.

…et plus hors de la maison, mais pas dans les bars

De plus, alors que l’Abitibi-Témiscamingue était la région où l’on consommait le moins fréquemment d’alcool en 2015, elle est passée au 15e rang en 2017, puis au 14e rang en 2019. Cette ascension, bien que lente, signale un changement d’attitude face aux occasions de prendre un verre.

De plus, le rapport d’ÉducAlcool précise que cette consommation s’effectue vraiment plus souvent à l’extérieur de la maison qu’avant, alors que la région occupe la 1re position des régions à cet égard. Paradoxalement, en 2015, elle figurait au 12e rang. Par contre, cette consommation s’effectue beaucoup moins qu’avant dans les bars. Alors qu’en 2017, l’Abitibi-Témiscamingue trônait au 3e rang des régions ayant la fréquentation des bars la plus élevée, elle a dégringolé au 14e rang en 2019.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média