Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

27 septembre 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Le cladocère épineux inquiète les Témiscamiens

Plus et mieux sensibilisés aux espèces envahissantes

OBVT

©Gracieuseté

L’installation des panneaux s’est faite en collaboration avec l’Association pour la préservation du lac Témiscamingue.

La récente installation de panneaux pour stimuler le lavage des embarcations avant de les mettre à l’eau a été un heureux prétexte pour mesurer à quel point les actions mises en place pour sensibiliser à la protection des lacs portent fruit au Témiscamingue, notamment face à la prolifération du cladocère épineux.

«Les gens ne lésinent pas quand il est question de protéger l’eau des lacs pour la pêche ou d’autres activités nautiques, a noté Marie-Pier Girard Bélanger, agente de communications à l’Organisme du bassin versant du Témiscamingue (OBVT). Ils s’y intéressent, ils veulent des conseils.»

Ce fait, Mme Girard Bélanger l’a constaté à maintes reprises lors de sa tournée régionale de sensibilisation à l’importance de laver les embarcations et à la présence du cladocère épineux, une espèce envahissante qui se multiplie rapidement dans le lac Témiscamingue. De 50 à 200 personnes ont demandé de l’information à chacune des 11 sorties publiques de l’OBVT dans des événements et des endroits stratégiques au courant de l’été.

OBVT

©Gracoeiseté

L’OBVT a participé à plus d’une dizaine d’activités de sensibilisation au courant de l’été 2019.

À l’échelle municipale

Même constat du côté de la Marina à Notre-Dame-du-Nord. L’étudiant affecté à la marina, dans le cadre d’un emploi d’été, avait reçu la consigne d’insister pour que les propriétaires d’embarcation utilisent la station de lavage de bateau avant la mise à l’eau.

«Il y a eu une super collaboration, a indiqué le maire de la municipalité, Nico Gervais. Les gens prennent ça au sérieux, la survie des plans d’eau qu’ils apprécient. Et nous, de notre côté, nous sommes situés à la tête du lac: nos plaisanciers arrivent de l’Abitibi, de l’Ontario. C’est la deuxième année que notre station de lavage est en place et elle est bien utilisée.»

Stop à la propagation

Les panneaux, ayant la forme d’un Arrêt/Stop, sont fournis à chacune des municipalités qui possèdent une rampe de mise à l’eau donnant accès au lac Témiscamingue, incluant la rive ontarienne.

«Quatre pancartes seront installées du côté ontarien», a confirmé Mme Girard Bélanger. Ce projet de création de 17 panneaux a été financé, en partie, par le regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ) dans le cadre du Mois de l’eau, en juin.

«Les gens prennent ça au sérieux, la survie des plans d’eau qu’ils apprécient» - Nico Gervais

Sensibilité à d’autres lacs

Le lac Kipawa, situé dans le sud du territoire, ne fait pas partie du bassin versant du Témiscamingue. Toutefois, la présidente du comité municipal de Laniel, Patricia Noël, a aussi demandé un panneau à l’OBVT afin de sensibiliser les plaisanciers qui mettent leur embarcation à l’eau à Laniel. Selon Mme Noël, pendant la haute saison, au moins une vingtaine d’embarcations transitent chaque jour à cet endroit.

«Nous avons remarqué que les plaisanciers ne sont pas tous aussi vigilants, a-t-elle souligné. Bon nombre d’entre eux arrivent du lac Témiscamingue et de l’Ontario. Nous installerons une pancarte ici, à Laniel, mais nous envisageons également de regrouper des représentants de tous les endroits qui donnent accès au lac Kipawa afin que tous adoptent les mêmes mesures de sensibilisation et de protection.»

D’ici là, il est déjà question de créer un emploi étudiant l’été prochain afin que les mêmes mesures qu’à la marina de Notre-Dame-du-Nord soient appliquées à Laniel, où une station de lavage mobile est prêtée par l’OBVT.

Cladocere

©Gracieuseté : Huguette Masse

Un ennemi de plus en plus présent

 

Le cladocère épineux est un minuscule crustacé doté d’une longue queue pointue parsemée d’épines. Un seul spécimen est requis pour coloniser un nouveau plan d’eau puisqu’il se reproduit de manière sexuée et asexuée. Ce crustacé s’accroche sur les fils à pêche, les bateaux et à l'intérieur des viviers à poisson. Ses œufs résistent au froid, au dessèchement et même à l’ingestion par une proie. Sa reproduction rapide et son faible taux de prédation provoquent une compétition directe avec le zooplancton et les petits poissons. Introduit généralement par l’homme, cette espèce aquatique envahissante constitue une menace pour la biodiversité, et la qualité de la pêche en sera tout autant affectée.

Commentaires

27 septembre 2019

Norm Young

Were is the Quebec govt. in this crisis ????? they have to take their responsibility and make it mandatory that all boats being launched in our waters MUST BE WASHED , Municipalities attempting to do there part , QUBEC GOVERNEMENT ????????

30 septembre 2019

Gaston Lapierre

Et vous en Ontario votre gouvernement vous oblige il a laver votre embarcation ???

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média