Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

30 septembre 2019

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Un citoyen dénonce la lenteur des pompiers

Sa voiture a brûlé sous ses yeux

Sebring_feu_1

©Josée Veillette - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le véhicule de James Testa a brûlé de part en part.

Après que sa voiture décapotable ait brûlé sous ses yeux à quelques centaines de mètres d’une caserne de pompiers, un citoyen de Rouyn-Noranda reproche aux services d’urgence la lenteur de leur intervention. Le Service de la sécurité incendie assure, pour sa part, avoir respecté tous les protocoles en vigueur.

Le 18 septembre vers 15h, James Testa et un ami roulaient au centre-ville à bord d’une Chrysler Sebring 1996 décapotable. En empruntant la 10e Rue en direction de l’avenue Murdoch, il a senti une odeur de brûlé. «Tout de suite après, je n’avais plus de freins. Puis, mon power steering a lâché. Et là, des gens m’ont crié que mon char était en feu. J’ai pu m’arrêter sur le bord du chemin en embrayant de reculons», a-t-il raconté.

En ouvrant le capot, les flammes ont jailli. Les deux hommes l’ont tout de suite refermé, tandis que des travailleurs de Construction Mercier qui s’affairaient sur une maison à proximité sont venus leur prêter main-forte avec de l’eau, du sable et un extincteur. «Mais comme la clanche du capot avait fondu, ils ont dû s’essayer par les ailes», a précisé M. Testa.

Pas assez rapides?

Pendant ce temps, une personne a composé le 911. Et c’est sur ce point que James Testa manifeste du mécontentement.

«On était au coin de la 10e Rue et du chemin Trémoy, donc à quelques centaines de mètres de la caserne du Vieux-Noranda, mais les pompiers ont pris 15-20 minutes à arriver. Ce n’est pas normal. En plus, quand ils sont arrivés sur les lieux, ils ont commencé par dérouler des banderoles autour de la scène au lieu de commencer à arroser. Je suis très déçu de leur travail. S’ils avaient travaillé plus vite, peut-être que les dommages sur mon char auraient été moins importants», a-t-il dénoncé.

Dans les règles de l’art

Pour sa part, le directeur du Service de la sécurité incendie et de la sécurité civile de la Ville de Rouyn-Noranda, Stephen Valade, soutient que l’intervention, à laquelle 13 pompiers ont pris part, s’est déroulée dans les règles de l’art.

«Notre travail est encadré par des protocoles très sévères. Nous les avons tous respectés, dont celui qui prescrit de toujours sécuriser la scène avant d’intervenir lorsque nous arrivons sur les lieux afin de protéger le public. De plus, un véhicule peut s’embraser très rapidement», a-t-il expliqué.

Quant au délai d’intervention, celui-ci relève de plusieurs facteurs à partir du moment où un appel est logé au 911. Il faut notamment tenir compte du fait que les pompiers, dont la plupart à Rouyn-Noranda sont des volontaires, doivent quitter leur lieu de travail, se rendre à la caserne et enfiler leur équipement, sans compter le temps requis pour mettre les véhicules en marche. «Il s’agissait d’un délai normal», a assuré M. Valade.

©Josée Veillette - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

©Josée Veillette - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

©Josée Veillette - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média