Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

11 janvier 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Ivan Lecours: de soudeur à PDG d’une entreprise mondiale

Ivan Lecours - ILEC Industries

©Photo L'Éclat / Le Citoyen – Marc-André Gemme

Ivan Lecours a réussi à construire une entreprise qui connaît maintenant une renommée internationale.

Ivan Lecours a commencé sa vie comme soudeur dans les années 1980. Jamais il n’aurait pensé à ce moment-là que, une trentaine d’années plus tard, il se retrouverait à la tête d’une entreprise qui vend ses produits à l’échelle mondiale.

«J’ai commencé comme soudeur chez Soudure Mobile JDR, à Macamic, avec Jean Ducharme. Quelques années après, je suis devenu contremaître. Éventuellement, j’ai rencontré mon épouse, qui étudiait au Centre de formation professionnelle Lac-Abitibi. C’est là que j’ai rencontré le directeur du Centre, Yves Dubé. Il m’a demandé de venir enseigner pour quelques mois. Puisque j’étais entre deux contrats, j’ai accepté», a raconté M. Lecours, président d’ILEC Industries, qui réunit Radiateur JMT et Les Ateliers Boréal. 

C’était en 1997. Son contrat temporaire s’est terminé en 2009. «Ç’a été un petit dépannage de trois mois qui a duré plus longtemps que prévu», a-t-il lancé en riant. 

Bien que la direction du CFP aurait voulu le garder, Ivan Lecours a quitté l’enseignement pour reprendre l’entreprise Radiateurs JMT. «Quand j’ai acheté l’entreprise, en 2011, il y avait moi, mon épouse et un employé, a-t-il souligné. Aujourd’hui, on compte près d’une trentaine d’employés et on cherche toujours à en recruter d’autres.» 

Expansion internationale 

ILEC Industries, avec sa division Radiateur JMT, fabrique notamment des radiateurs de haute qualité, des refroidisseurs d’air de charge et des refroidisseurs de transmission. Quant à elle, la division Ateliers Boréal fabrique et répare des vérins industriels et se spécialise dans l’usinage de pièces de rechange pour les industries minière et forestière. Ses produits sont vendus partout dans le monde. 

«Au début, on vendait surtout localement. Vu que je parlais un peu anglais, j’ai réussi à aller chercher des contrats en Ontario. Par la suite, j’ai recruté un vendeur qui a commencé à vendre un peu plus loin, d’abord au Manitoba et en Alberta, puis au Nouveau-Brunswick et, éventuellement, aux États-Unis», a raconté Ivan Lecours. 

À partir de là, le carnet de commandes a explosé. Les produits de l’entreprise se sont retrouvés au Brésil, au Mexique, en Russie ainsi qu’en Afrique de l’Ouest et en Afrique du Sud. «On a aussi percé le marché australien, mais malheureusement, on n’était pas capable de répondre à la demande», a expliqué le propriétaire d’ILEC Industries. 

La rançon du succès 

À travers les années, l’entreprise a dû agrandir ses locaux à de nombreuses reprises. Éventuellement, elle a dû quitter La Sarre pour s’établir dans une plus grande usine à Macamic. Déjà, des plans d’agrandissement sont sur la table. 

L’entreprise doit également composer avec le même problème que bien d’autres compagnies de la région, soit le manque de main-d’œuvre. La demande pour ses produits est là, mais Ivan Lecours n’arrive pas à embaucher les travailleurs requis pour y répondre. 

Rester local 

Bien que son entreprise ne cesse de croître, Ivan Lecours n’a pas l’intention de quitter l’Abitibi-Ouest. «Je pourrais faire comme d’autres et aller m’ouvrir une usine en Afrique ou au Mexique, mais mes souches sont ici et je veux y rester», a-t-il indiqué. 

Situées sur les rives du lac Macamic, les installations d’ILEC Industries offrent un paysage à couper le souffle dans une communauté accueillante. «Tout est à proximité à Macamic. Donc, si on fait venir des employés étrangers, c’est facile pour eux de développer des liens avec les gens et la région», a fait valoir M. Lecours. 

Un nom plus générique 

Avec la poussée de son entreprise sur les marchés mondiaux et la diversification de ses produits, Ivan Lecours s’est rendu compte que le nom Radiateur JMT pouvait porter à confusion. «Dans bien des coins, un radiateur, c’est une chaufferette, alors quand on arrivait dans d’autres pays, les gens ne comprenaient pas toujours notre rôle», a-t-il expliqué. Il a donc décidé de changer le nom de l’entreprise pour quelque chose de plus générique, soit ILEC Industries, ILEC étant un diminutif de son propre nom, Ivan LECours.

Commentaires

11 janvier 2019

Henri Begin

Bravo à cet entrepreneur visionnaire et travailleur acharné Longue vie et succès à cette entreprise

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média