Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

04 janvier 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Consultations publiques pour le projet de Gazoduq

Gazoduc Abitibi à venir

©Photo Audriusa

Plusieurs consultations sont prévues en lien avec le projet de Gazoduq.

Un processus de consultations publiques est en cours sur le projet de pipeline de la société Gazoduq devant traverser l'Abitibi vers le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Au moment d’écrire ces lignes, les lieux de rencontre n’avaient pas encore été identifiés. Ces consultations ne sont pas destinées à la population, mais plutôt à des représentants des groupes d’intérêt comme les municipalités et les groupes environnementaux. En décembre, une présentation avait été offerte à la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda (CCIRN) et au Conseil régional en environnement de l’Abitibi-Témiscamingue (CREAT), entre autres. 

Les consultations avec la population au sens large sont prévues pour février. Toutefois, un formulaire est déjà disponible en ligne jusqu’au 19 janvier. On peut y avoir accès à partir du site internet de la Ville de Rouyn-Noranda. 

Un parcours de 750 km à 80 % en terres publiques 

«L’objectif de la consultation est d’identifier un tracé. Donc, d’aller récolter les commentaires des gens sur les zones qui sont préférables et celles à éviter. C’est en petits groupes que l’on va récolter cette information à l’aide de cartes et de l’expertise de ces groupes», a expliqué Marie-Christine Demers, directrice des affaires publiques et des relations avec les communautés chez Gazoduq. 

Près de 60 km du tracé devrait traverser le territoire de Rouyn-Noranda. La conduite de 42 pouces sur 750 km nécessitera un investissement de plus de 3,4 milliards $ et elle est destinée à alimenter principalement les installations d’Énergie Saguenay, un port méthanier qui devrait être construit au coût de 7,2 milliards $. 

Plus de 80 % du tracé est prévu sur des terres publiques. Des ententes devraient être conclues avec les propriétaires terriens pour les 20 % restants. La conduite sera enfouie à un mètre de profondeur. 

Gazoduq Rouyn-Noranda

©Gazoduq

Le tracé prévu traverse l’Abitibi de part en part pour acheminer le gaz du nord de l’Ontario vers le Saguenay.

Impact environnemental 

Selon Mme Demers, une fuite de gaz naturel n’a pas le même impact qu’une fuite de pétrole. Si un incident se produisait sous l’eau, par exemple, le gaz naturel, qui est insoluble, s’échapperait sous forme de bulles avant de se dissiper dans l’atmosphère. 

Une étude d’impact sur les milieux naturels sera effectuée. Cependant, l’impact sur les bélugas du Saguenay et sur leur habitat, qui pourraient être affectés par le port méthanier et le trafic maritime accru, ne relève pas de la responsabilité de Gazoduq, mais plutôt de son client principal, Énergie Saguenay. 

Opposition du CREAT 

Bianca Bédard, directrice générale par intérim du CREAT, avait dénoncé le projet lors de son annonce en novembre. 

«Je déplore que ça passe dans [ou à proximité de] beaucoup d’aires protégées, en plus de l’aire de répartition des caribous forestiers de Val-d’Or, qui n’ont vraiment pas besoin de ça. Je comprends que ça peut sembler un tracé optimal pour l’entreprise, mais pas pour la région. Ils veulent une ligne droite. Ils passent près de Rouyn-Noranda et Val-d’Or. Je remarque qu’ils passent beaucoup à la tête des bassins versants», avait-elle déclaré. 

«On va être pris avec les impacts s’il y a une fuite, mais on ne bénéficiera pas de ce projet. On en produit déjà, de l’énergie propre au Québec. Ça s’appelle l’hydroélectricité», avait-elle ajouté. 

Réduction des gaz à effet de serre 

Selon les responsables, le projet permettra de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) de façon globale. «Le projet contribuera à cette réduction, car il permettra l’exportation par Énergie Saguenay de gaz naturel liquéfié vers l’Europe, l’Asie et potentiellement d’autres marchés mondiaux. Ce faisant, le projet contribuera à remplacer du charbon et du mazout, dont les émissions de GES et d’autres polluants sont plus élevées», peut-on lire sur le site de Gazoduq. 

 

Dates et villes où auront lieu les consultations

14 janvier

Val-d’Or

15 janvier

Senneterre

15 janvier

Amos

16 janvier

La Sarre

16 janvier

Rouyn-Noranda

22 janvier

La Tuque

24 janvier

Kirkland Lake

4 février

Roberval

5 février

Alma

5 février

Saguenay

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média