Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

04 octobre 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

La CSLA pourrait revenir au système de notation par lettres

Les restrictions imposées par le Ministère pourraient avoir de graves impacts

Étudiants

©Photo Commission scolaire de l’Or-et-des-Bois

La CSLA pense changer son système d’évaluation des élèves afin de s’adapter aux nouvelles normes du Ministère.

Récemment, le ministère de l’Éducation a imposé des normes plus strictes dans l’évaluation des élèves. Craignant l’augmentation du nombre de décrocheurs et d’échecs, la Commission scolaire du Lac-Abitibi (CSLA) contemple la possibilité de revenir à un système de notation avec des lettres plutôt que des pourcentages. 

Le gouvernement de la CAQ n’a pas tardé à rectifier une situation qu’elle jugeait inacceptable, soit le nivellement par le bas. Lorsqu’un élève terminait son année scolaire avec une moyenne de 58 ou 59 %, les directions d’écoles pouvaient majorer les notes à 60 % pour que l’élève puisse passer. 

«Cette année, le ministre de l’Éducation s’est prononcé clairement à l’effet qu’il n’y aurait plus aucune majoration», a expliqué la directrice générale de la CSLA, Isabelle Godbout. 

Auparavant, même les épreuves du Ministère étaient automatiquement majorées à 60 % lorsque l’élève obtenait un résultat de 58 ou 59 %. 

Travailler différemment 

«On s’aperçoit que nos processus d’évaluation sont très liés, entre autres, à nos pratiques de redoublement, a expliqué Mme Godbout. Quand on regarde le programme de formation et l’évaluation des apprentissages, l’évaluation est faite en développement de compétences, mais on évalue en fonction des notes. Si on demande à n’importe qui au Québec de déterminer la différence dans le développement des compétences d’un élève qui a 59 % versus un qui a 60 % de moyenne, personne ne sera en mesure de répondre.» 

Par conséquent, la CSLA pense changer son système d’évaluation pour attribuer des cotes plutôt que des notes. «De cette manière, c’est le jugement de l’enseignant qui va déterminer si l’élève a développé les bonnes compétences pour passer au niveau supérieur», a souligné Isabelle Godbout. 

Évidemment, les épreuves du Ministère seront toujours évaluées avec des notes, mais la direction de la CSLA pense tout de même qu’un système de notation par cotes permettrait d’éviter une augmentation du nombre d’échecs ou de décrochages. 

Demandes de révisons plus claires 

«À la suite de l’annonce du ministre de l’Éducation comme quoi on pouvait faire des demandes de révision de notes, mais qu’on ne pouvait plus majorer celles-ci, nous avons fait quelques modifications aux modalités entourant le processus, a expliqué la directrice des services éducatifs de la CSLA, Brigitte Roy, lors du conseil des commissaires de septembre. Il y a désormais une procédure claire pour que les parents puissent déposer leurs demandes de révision à l’école.» 

Par contre, elle a rappelé que ces révisions sont effectuées par des correcteurs à Québec et que les résultats sont rarement en faveur de l’élève. 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média