Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

09 octobre 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

88 camps de chasse illégaux ont été libérés en 2018-2019

Le MERN reçoit près d’une centaine de dénonciations par année

Abris illégaux MERN

©Photo MERN

Chaque année le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) fait l’inventaire des abris illégaux et achemine des avertissements aux occupants afin qu’ils quittent les lieux. Cette année, 88 lieux occupés illégalement ont ainsi été libérés. Dans 90 % des cas, l’occupant a quitté de son propre chef.

Chaque année le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) fait l’inventaire des abris illégaux et achemine des avertissements aux occupants afin qu’ils quittent les lieux. Cette année, 88 lieux occupés illégalement ont ainsi été libérés. Dans 90 % des cas, l’occupant a quitté de son propre chef. 

«Chaque année on reçoit près d’une centaine de plaintes ou de dénonciations, a indiqué Sylvain Carrier, relationniste de presse au MERN. Une fois qu’on reçoit ces signalements, des inspections sont menées dans le but de valider les informations.» 

Du moment qu’un inspecteur valide la présence d’un abri illégal, un avis de prise de possession est laissé sur les lieux pour que l’occupant retire lui-même les installations illégales. «La personne en question va probablement retourner à son camp et verra l’affiche, a souligné M. Carrier. Elle disposera ensuite d’une période de sept mois pour libérer les lieux, à défaut de quoi ses installations sont confisquées et le Ministère devient propriétaire du bâtiment et de tout ce qui s’y trouve.» 

Une fois le délai de grâce de sept mois expiré, le MERN fait affaire avec une entreprise externe, qui va elle-même démanteler l’abri illégal et faire le ménage du territoire. 

Installations illégales 

Il existe plusieurs types d’installations illégales. Dès qu’une installation fixe est construite sur une terre publique sans que son propriétaire ait obtenu de bail au préalable, elle est considérée illégale. Celles-ci peuvent être des roulottes, des chalets, des tours de guet et des miradors et même des véhicules désaffectés habitables (vieux autobus, par exemple). 

Le MERN tombe sur toutes sortes d’abris illégaux, passant des abris de fortune à des camps de chasse valant des dizaines de milliers de dollars. «Il est possible de construire des abris temporaires pour une période n’excédant pas sept mois, a expliqué Sylvain Carrier. Il est toutefois interdit de construire des installations permanentes sans bail de villégiature.» 

Dans ces cas, les installations doivent être temporaires et ne doivent pas être attachées au sol. 

Commentaires

9 octobre 2019

olivier tremblay

peut on racheter ces installation !

12 octobre 2019

Donald charron

Je voudrais un bail et esque on peut avoir une installation deja la sa sauve de les rementeler merci

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média